Journal du Poète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journal du Poète

Message  Le Poète le Mar 7 Aoû - 11:41

(Texte à l'improviste et en évolution)

Si vous demandez au Poète de vous parler de ses parents, il se bornera à vous répondre que la vie de famille était ennuyeuse.
Creusez la question avec tact et habileté, et il vous concédera qu'il a vécu une jeunesse dorée, au sein d'un milieu bourgeois.
Il vous faudra alors vous montrer un peu plus persuasif(ve) pour lui arracher que son père est directeur d'un cabinet parisien d'avocats, tandis que sa mère est l'héritière d'une chaîne de Bowling Center en Île-de-France.
Cela dit, à moins de lui avoir sauvé la vie, ou de l'avoir réchauffé au lit dans un moment de distraction, il gardera toujours pour lui son vrai nom : Roméo Rosencrantz.

Si vous demandez au Poète de lui expliquer l'origine de son surnom, un fin sourire se dessinera sur ses lèvres alors qu'il vous expliquera que c'était un moyen commode de s'identifier à l'époque où il était dans un groupe de biker.
Montrez signe d'intérêt, et il vous parlera des Son's of Anarchy de Baltimore, de son poste de bras droit, arguant, non sans humour, que s'appeler "le Poète" était plus gracieux que "le Manche", "le Borgne", "le Faucheur".
Quant à d'hypothétiques poèmes, posez-lui toujours la question...


Si vous lui demandez ce qu'il pense de l'argent, il dira que c'est une bonne chose, à condition de ne pas se laisser corrompre par lui.


Si vous lui demandez un endroit où il se sent en paix, il invoquera les forêts glacées au Nord du Canada.

Si vous lui demandez ce qu'il pense de l'amour, il vous parlera de sexe.
Si vous lui demandez ce qu'il pense du sexe, il vous parlera d'amour.

Si vous lui demandez de citer une femme qu'il apprécie, il renâclera vertement à propos de son employeuse, la Signorina Grace.
Si vous lui demandez de citer une femme qu'il n'apprécie pas, il vantera avec conviction la gallerie d'art de miss Ju Ann.


Si vous lui demandez de citer un homme qu'il apprécie, il dodelinera de la tête et finira par répondre qu'il y en a beaucoup.
Si vous lui demandez de citer un homme qu'il n'apprécie pas, il y en a pas mal, dont la moitié sont issus du groupe de ceux qu'il apprécie.

Si vous lui demandez quelle est la dernière personne avec qui il a couché, il prendra le temps de réfléchir.
Si vous lui demandez quelle est la première personne avec qui il a couché, il prendra le temps de réfléchir aussi.


Son animal préféré : le moustique, parce que c'est celui qu'on peut tuer sans que personne ne nous le reproche.

Son plat préféré : le pot-au-feu, le seul repas que sa mère lui faisait en personne.

Si vous arrêtez de lui poser des questions, c'est aussi bien.


Dernière édition par Le Poète le Mer 8 Aoû - 15:08, édité 2 fois
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  grace claridge le Mar 7 Aoû - 13:03

Mouhaha je te reconnais bien là. Heureuse que tu sois de retour mon chat !!

grace claridge

Messages : 152
Date d'inscription : 31/01/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Ju Ann Brooks le Mar 7 Aoû - 21:03

Moi je suis fan!
avatar
Ju Ann Brooks
GM

Messages : 432
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  blackkingdom radikal le Mer 8 Aoû - 7:17

et si on te demande ce que tu penses de BKR tu avoue que tu es g*y ? lol
avatar
blackkingdom radikal

Messages : 2767
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Sadi le Mer 8 Aoû - 7:24

c'est ce qu'on appelle "une proposition" !
avatar
Sadi

Messages : 1269
Date d'inscription : 04/06/2012
Age : 28

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Le Poète le Mer 8 Aoû - 9:09

blackkingdom radikal a écrit:et si on te demande ce que tu penses de BKR tu avoue que tu es g*y ? lol

Mais bien sûr mon lapin <3

Plus sérieusement, j'ai sérieusement pensé à t'évoquer dans "homme qu'il apprécie/apprécie pas".

Pour BKR, ça dépend des cas en fait, mais je ne voulais pas faire une fixation sur toi, alors j'ai parlé en général ("beaucoup d'hommes" "la moitié sont issus du premier groupe") *fin sourire*

PS : demande à ta femme si je suis gay *mouahahahah*
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Juna le Mer 8 Aoû - 10:00

ouaaa comme j'adore, digne du poète Smile
avatar
Juna

Messages : 66
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 27
Localisation : D3 Michigan

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  blackkingdom radikal le Mer 8 Aoû - 10:34

lol content de te revoir espèce de vieux loubard lol
avatar
blackkingdom radikal

Messages : 2767
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Le Poète le Mer 8 Aoû - 14:59

Journal du 07/08/12

Kim Nee Na (nom inconnu RP)
J’ai rencontré une femme étrange au bar en début de soirée, planquée derrière ses lunettes géantes et noyant sa morosité dans la bière. Par distraction, j’ai bien lancé la conversation, mais sa mauvaise humeur m’a vite fait bifurqué sur le sujet de mes boules.

J’adore mes boules, je les ai longtemps choyées, mais je ne pratique plus depuis quelques années.

C’est que le sport des boules est très exigeant. En effet, je n’ai plus assez de temps et d’énergie à m’investir dans la pétanque.

PS : elle l'a mal pris. Sans doute qu'elle préfère les footballeurs...


Menthal Oh
J’ai vu le maire au casino et, comme à l’accoutumée, nous avons parlé des femmes. Je crois que cet homme et moi sommes aussi différents que complémentaires : quand l’un romantise les sentiments, l’autre n’y voit qu’une affaire de sexe - ou alors, nous nous contentons d’être simplement aigris, pour passer le temps.


Adélaïde O’Connor
En ressortant du casino, je suis tombé sur cette demoiselle que je connais depuis quelques temps. Un simple bonsoir, complété plus tard par une discussion par sms dans laquelle nous parlions de sa robe rose et de sous-vêtements qu’elle portait ou ne portait pas.

Je n’ai rien contre le rose - j’ai même une chemise de cette couleur -, mais de là à ressembler à une barbe à papa, j’émets quelques réserves. Oui, je suis injuste et méchant.


Grace Cladrige
Pour finir, je suis allé diner avec ma patronne. Par “dîner”, j’entends que j’étais le seul à me nourrir. Elle n’avale rien, mais je la soupçonne de cacher sous son lit quelques bidons d’huile, pour garder la mécanique apte. C’est la seule explication cohérente que j’ai de son caractère de Terminator.

Au demeurant, le repas était charmant : ma patronne s’est juste contentée d’être insupportable, sans chercher à m’agresser physiquement ou à organiser mon assassinat. Je crois qu’elle m’aime bien.


Le Poète
Je suis seul dans mon lit et je t’écris, journal. D’ailleurs, j’ai un peu maltraité ta couverture, qui a un aspect un peu visqueux - le danger de résider dans le même tiroir que mon lubrifiant, je suppose. Bonne nuit.
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Juna le Mer 8 Aoû - 15:17

Par pitié écrit dans ton journal quotidiennement j'en ferai ma lecture favorite haha Very Happy
avatar
Juna

Messages : 66
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 27
Localisation : D3 Michigan

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Le Poète le Jeu 9 Aoû - 8:21

Journal du 08/08/12

Evy Blackheart
J’étais au bar, quand j’ai remarqué une brunette qui m’a fait affreusement penser à Julia, l'amérindienne du jeu Tekken. Le détail qui m’a convaincu était le même genre de bottes à la Pocahontas, aussi ai-je engagé la conversation sur ce vaste sujet.

Elle m’a trouvé très drôle, bien qu’un peu bizarre.
Je l’ai trouvé très maniérée, bien qu’un peu fauchée.

Ainsi, j'ai dirigé la conversation jusqu'à déboucher sur une forme d’entretien d’embauche - en tant que serveuse au Casino.

Ah... la douce et mesquine pression sociale d’un directeur-adjoint face à une sans-emploi.


Adélaïde O’Connor
Je l’ai revue sans sa robe rose. Malheureusement, un jean et un T-shirt avaient pris possession de la place.
Quoiqu’il arrive, ces circonvolutions vestimentaires n’ont pas empêché l’ennui de s’installer dans la conversation, du fait, sans doute, du flou que nous entretenons. Je suis sûr que Menthal s'en sortirai très bien à ma place - que je suis méchant.

Petit à petit, nous nous rendons compte que nous ne sommes pas faits l’un pour l’autre : elle aime Sonic le hérisson et moi, en bon employé d’une chaîne italienne, Mario Bros. ça ne pouvait jamais marcher entre nous.


Le Poète
Ne te lasses-tu pas des zébrures que je laisse sur ta peau d’albâtre, journal ?
Au détour d’un mot que je formule avec véhémence, je te sens crisser, lutter pour ne pas te déchirer alors que je continue imperturbablement ma course. Nous n’en avons pas fini, toi et moi, et je vais te marquer de bout en bout, jusqu’à ce que tu cries grâce.

Le Poète, ou l’art de faire du SM avec un stylo à bille et un agenda 2011. Bonne nuit.


Dernière édition par Le Poète le Ven 10 Aoû - 8:56, édité 1 fois
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Juna le Jeu 9 Aoû - 9:30

..c'est décidé ...abonnement au journal du poète pris...mange du pop corn en rythme avec sa lecture...déçu d'arriver vite au bout ... déjà pressé d'être au prochain épisode

Arrow Wink
avatar
Juna

Messages : 66
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 27
Localisation : D3 Michigan

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Le Poète le Ven 10 Aoû - 9:39

(merci pour vos encouragements Smile)

Journal du 09/08/12

Aldéraïde O’Connor

Fait rare pour une femme, elle portait la même tenue que la veille. C’est ingrat d’en parler, moi qui fait tourner seulement 4-5 costumes au pressing.

Nous avons discuté de son métier, callgirl, et du mien, adjoint à la direction du restaurant. Etonnament, le côté “alimentaire” de la conversation a quelque peu été spoilié.

En définitive, elle a beaucoup parlé. Moi pas. Quelle expérience rafraîchissante.


BKR, Ray J, Jamal, Bailey (Jamal : nom inconnu en rp)
Tel un bouddha, j'ai flâné tranquillement dans les quartiers de la ville.
Tel un abruti, je me suis retrouvé au bar des BBC.
Tel un Jésus, j’ai été crucifié.

Ray J et son compère m’ont fait l’honneur de m’apostropher sur mon costume de Zorro, mais comme mon masque et ma cape étaient au pressing (pas beaucoup de vêtements, souviens-toi) et que Tornado était aux abonnés absents, je suis resté tranquille sous l’identité de Don Diego.

BKR, c’est un type que je connais depuis longtemps. Assez pour savoir qu’il est bien moins bête et brutasse qu’il ne le laisse penser.
Le plus souvent, c’est même un chic type, malgré le fait qu’il a la mine du type prêt à violer ta soeur.

Je n’en menais pas large, entouré d’un public bienveillant, certains même tentés de m’applaudir à coup de Desert Eagle.
La dernière fois que j’ai eu aussi peur, c’était la fois où la signorina Grace m’a fait un sourire.

Aussi, entouré de grand black armés, prêts à en découdre, je me suis fait peloter les fesses par une indigène qui tient autant de la femme que de la tigresse.
Merci, Bailey; exceptés les trois chargeurs de uzis, l’ambiance tribale, l’âpre odeur de transpiration, les menaces de mort et ma vessie prête à me lâcher, c’était une super rencontre.


Le Poète
Ma journée a été pleine, journal, mais ma tête est vide, ce soir.
Je crois que je vais juste me branler pour saluer le fait d'être encore en vie. Bonne nuit.


Dernière édition par Le Poète le Ven 10 Aoû - 22:40, édité 2 fois
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  blackkingdom radikal le Ven 10 Aoû - 10:10

((lol j'en peux plus de rire à te lire, tu m'éclates !))
avatar
blackkingdom radikal

Messages : 2767
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Le Poète le Lun 13 Aoû - 9:51

(n'hésitez pas à m'IM in game pour me faire des commentaires à propos de mon journal - bons comme mauvais Wink)

Journal des 10-11-12/08/12

Laury (Elyabelle)
J’ai croisé dans la rue une jolie blonde et ai voulu mettre à l’épreuve sa couleur de cheveux.
J’amorce par un neg-hit de ses chaussures antiques : la miss gronde.
Je pare l’attaque d’un sourire, relativise la vision de la vie en parlant de mon tigre en peluche, Teddy.
Je pense à un moment qu’elle se déride, mais elle reprend vite du poil de la bête et le manifeste d’un regard noir accompagné de force grognements.
Elle est surprise quand je lui rétorque qu’elle peut se détendre et qu’il n’y a personne pour la voir me draguer.
Elle demeure telle une furie, mais concède son prénom, Laury.
N’ayant plus vraiment le temps parce qu’on m’attendait, je ne vais pas jusqu’à prendre son numéro de téléphone - pour ça, il m’aurait fallu quelques minutes de plus et une dose de morphine pour calmer le dragon-.

On avait peut-être pissé dans son café ce jour-là, ou elle vie au sein d’une secte matriarcale. C’est du pareil au même : celles que l’humilité n’étouffe pas, l’indignation s’en occupe très bien.


Abigail
La rue, grand espace peuplé d’êtres féminins. J’y croise pour la troisième fois en quelques jours une jeune femme, Aby. Je lui parle de ses tatouages, elle m’invite chez elle pour un café.

Je sens le coup venir, elle est sympathique, extravertie, s’habille sexy, est sexy, mais laisse entendre, une phrase sur deux, qu’elle a un copain : ça ira, ma jolie, je survivrai sans toi.

On discute de la famille, des racines, son copain émerge de la chambre, la tête dans le coltard. Je salue le type, vois leur petit manège au réveil - “Ouin, mon briquet ! - Non, je le garde. - Michant !” blablabla - et sais que je vais bientôt partir.

Au moment de faire les bises à Aby, je lui effleure les fesses tout en regardant dans les yeux son mec. Discrète esquive de la miss, tandis que son compagnon tilte mais ne réagit pas.
Ce petit coup de pression fera du bien à leur couple, qui semble reposer pour beaucoup sur ça.

En ressortant, je me demande si j’aurai dû y aller plus fort. Je suis trop gentil.


M.T (Milentas Trent)
Sur un sujet plus sérieux, je vais rendre visite à cet individu à l’hôpital, M.T.. J’arrive dans sa chambre, me renseigne auprès de son dossier médical, puis directement auprès de l’intéressé. Celui-ci, mal en point, fait de son mieux pour répondre à mes sollicitations.

Mine de rien, c’est difficile de comprendre quelqu’un qui parle sans prononcer les “R”, “S” et “T”. Et encore, ce n’est pas moi qui doit articuler.
Je l’asticote un peu pour être à peu près sûr qu’il m’a dit tout ce que je voulais savoir, puis je lui souhaite l’au revoir sous une bordée de jurons.

En ressortant, je ne peux m’empêcher de sentir un frisson macabre le long de la nuque : si ça s’apprend, la signorina Grace va m’empaler sur une enseigne MacDonald’s. Je lui dirai - au moins, je pourrai choisir quel fast-food sera le lieu de ma mort.

J’ai fait ce que j’avais à faire, et je continuerai.


Ju Ann Brooks
Le lendemain, je prends mon petit déjeûner dominical à la boulangerie française, et Ju Ann me rejoint. Je me fais mes tartines au beurre et à la confiture d’abricot tout en discourant avec elle.

Elle est à son habitude : beaucoup de charme, pas mal d’arrogance qui masque mal un coeur tendre. J’ai envie d’ôter son masque et ses vêtements, mais je beurre mon pain tout en lui souriant courtoisement, tandis qu’elle parle de ses problèmes.

Lorsque je lui demande comment se passe sa vie du côté personnel, elle semble me reprocher de ne pas m’être renseigné à ce sujet !

Ah. C’est vrai. J’oubliais.
Ju Ann est l’astre de ma vie, le soleil de mes nuits, la seule raison qu’a mon coeur de battre, et je me dois de tout tenter pour en savoir le plus possible sur elle, et blablabla.

Finalement, ces tartines étaient délicieuses.


Lolaa et Evy
D’humeur joueuse après ce petit déjeûner guindé, je croise dans la bande grise bétonnée qu’on appelle “rue“ une miss aux cheveux de feu, Lolaa. On parle de tout et de rien, puis de Baltimore, puis de ses problèmes personnels, à elle.

Très vite, il m'apparaît que sa chevelure n'est pas le seul élément en feu chez cette noble femme.
Son mec nous croise, puis repart. Je l’invite à boire un verre chez moi. On boit un verre chez moi.

Elle prend son téléphone, sa copine est en ville et en plus, je la connais ! Tant qu’à faire, je lui dis de passer. Nous sommes trois, elles sont comme cul et chemise, c’est du 2v1. Les deux sont aussi sympathiques et belles l'une que l'autre.

Le sirop de grenadine et le jus d’orange coulent à flot, sans alcool (véridique, journal).
Je suis chez moi, avec deux jolies filles et je garde contenance, m’attachant à les faire rire - tandis que dans ma tête, je me prends à être une star du rock chantant à gorge déployée les chansons de mon adolescence (youtube.com/watch?v=pR30knJs4Xk - AC/DC - T.N.T).

Par contre, s’occuper à trois est diablement contraignant : on ne peut pas jouer aux échecs, ni à street fighter sur super nes, etc. Heureusement que j’avais un jeu de Uno pour passer le temps.

Finalement, Lolaa a reçu un coup de téléphone urgent et a dû partir. Douloureux moment que celui où, après avoir fait les idiots, il faut faire semblant d’être intelligents et sages. Le concert de rock dans ma tête s’est terminé sur un slow et la guitare balancée dans le public, puis le rideau est tombé.


Le Poète
Deviendrai-je un peu trop joueur ?

Grace va me tuer...

'Cause I'm T.N.T., I'm dynamite
(T.N.T.) and I'll win the fight
(T.N.T.) I'm a power load
(T.N.T.) watch me exploooooode



Dernière édition par Le Poète le Lun 13 Aoû - 18:48, édité 3 fois
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  ZoranNiki le Lun 13 Aoû - 10:18

Tu as un nouveau lecteur, excellent ton journal Wink

ZoranNiki

Messages : 3
Date d'inscription : 10/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Lolaa le Mar 14 Aoû - 10:49

Quelle belle découverte que la lecture de ces petits récits !!
D'autant plus quand on est cité
Very Happy
avatar
Lolaa

Messages : 15
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Le Poète le Mar 14 Aoû - 11:09

Journal des 13/08/12

Abigail
<< Bonjour miss Aby, il y a vraiment écrit “Abusez de moi” sur votre front ?
- Oui.
- Bon, alors j'abuse de vous ?

- Oui !
- D’accord.
- Euh... Non, finalement.
- D’accord.
- Ah... Je n’ai pas le choix, je dois me faire violer.
- D’accord.
- Non, non, non ! Jamais !
- D’accord. On arrête là.
- Tu es faible... Mais je n’ai pas d’autre choix que de te céder.
- MAIS TU LA FERMES JAMAIS ?! >>


Puis, mon téléphone a vibré.


Grace Claridge-Brucato
Je me souviens de ce film, “The Ring”, où le protagoniste reçoit un coup de téléphone lui annonçant sa mort prochaine, dans 7 jours.
Moi, j’ai reçu un SMS de Grace, m’annonçant notre entrevue prochaine, dans 7 minutes.

Je me rends le premier au bureau. L’ambiance est glaciale - ou graciale - alors qu’elle n’est même pas arrivée.
Bientôt, la porte s’ouvre et je louche sur la forme qui en émerge, telle une banshee asiatique s’échappant d’un écran de télévision.

Ses yeux restent dans ma mémoire : des yeux de mante religieuse, attendant la moindre petite erreur de ma part pour séparer ma tête de mon corps, les mettre dans des sacs poubelles, envoyer un morceau au Guatemala et un autre en Sibérie, le tout en sirotant un gin tonic.


Evy Blackheart
Echaudé par mon entretien praticulier avec ma vénérée patronne, je décide de m’aérer l’esprit et prévois :
- un bon bar
- une (très) charmante compagnie
- un jeu à la con.

Miss Evy me rejoint. Nous commandons chacun un martini. On commence à parler d’amour en général, avant de se rendre compte qu’on n’y connait rien : alors, on laisse ça à Alfred Musso et Stephenie Meyer, et on parle de cul.

C’est là que, conscient que je suis parfois sujet à la luxure, je décide d’initier une quête spirituelle dans le but de trouver la rédemption de mon âme, et annonce la couleur à la belle qui m’accompagne :
“Pas de caresse, pas de baiser, pas de sexe. Interdiction de craquer.”

Elle y croit autant que moi, c’est-à-dire que c’est aussi crédible qu’un pingouin conduisant un tank au Vietnam. En fait, on attend juste que l’autre se plante lamentablement pour le pointer du doigt en disant “nananère !”.

Comme il faut bien s’occuper sans faire les cons, on lance un concours de boisson.

Round 1 : premier cul-sec, alors que c’est le second verre de la soirée. On est là, on est fiers et invincibles, un picottement dans la gorge mais comme on est les meilleurs, on ne sent rien. On se raille gentiment l’un l’autre, c’est-à-dire chacun proclamant sa victoire certaine et définitive, et caetera.

Round 2 : toujours rien. C’est tellement facile de boire de l’alcool, ça passe comme du petit lait...
Tiens, j’ai le visage un peu rougi, et elle aussi. Tiens, elle retire sa veste pour ne plus être vêtue que de sa mini-robe et de ses talons sexy et me regarde en gonflant sa poitrine, croisant et décroisant ses longues jambes.
Elle sourit. Je souris. Je l’effleure ci et là, par accident, bien sûr.

Round 3 : ça commence à déssouder sévèrement. On tousse et grimace tous les deux, et concluons une trêve tout à fait temporaire. Je suis debout et elle assise, mais je suis persuadé que c’est elle qui a bougé sa chaise pour être quasiment collée à moi - pas d’autre explication, je suis resté immobile.

A ce stade-là, c’est une bataille d’esprit : mon corps m’a définitivement lâché, j’ai une érection presque douloureuse. Quant à elle, elle se dandine sur son siège, et si elle est moitié aussi excitée que moi à ce moment - ce que je pense -, ça doit être comme les marais du Mordor dans sa petite culotte.

Round 4 : on s’apprête à reboire, malgré la lueur de désespoir dans nos yeux. Je propose de délocaliser le conflit sur la piste de danse. Challenge accepted, nous voilà en train de clopiner sur le plancher sur la musique de mon choix ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Hess is more - Yes Boss).

Et ensuite...


[18:24] Le Poète: *l'entraîne à faire quelques pas de danse - ou quelques pas sans s'étaler au sol, c'est déjà bien -. Porte une attention marginale à la musique, compte tenu du fait qu'il crève d'envie de l'avoir... Mais quand est-ce qu'elle allait ENFIN céder ?! Il parle doucement, un sourire avec un zeste de morgue aux lèvres* Tu sais, tu n'as pas à te retenir plus longtemps, je ne t'en voudrai pa-- Oooh *manque de tomber, se rétablit de justesse* Enfin, ça serait bien que tu te décides ! *au supplice de résister comme un bougre, c'est du masochisme, à ce niveau-là*
[18:26] Evy jubile en l’entendant presque la supplier de céder, elle se rapproche alors de son visage, fixant ses lèvres, non sans sourire en entendant les paroles de la musique qu’elle appréciait pas mal... : « Non mais, tu veux que je craque pour que TOI tu te laisse enfin aller, ce serait plus simple si tu le faisais toi-même... » riant de façon provocatrice.
[18:29] Le Poète: *n'en peut vraiment plus, il amène le bras de la miss contre lui, tandis que sa main remonte de la hanche jusqu'à la nuque, qu'il saisit des doigts. Il y va sans brutalité mais un peu brusquement, mû par le désir et du fait de l'alcool, plantant ses yeux dans ceux de sa vis-à-vis*
[18:31] Evy stoppe net son rire quand il pose sa main sur sa nuque et la saisit un peu brusquement. Elle le fixe alors, ne bougeant plus, sa respiration se faisant plus profonde, et sentant son cœur s’emballer, elle déglutit avec difficulté, n’osant plus rien faire, le défiant de poursuivre, elle en avait envie, et ne pensait même plus à la petite gueguerre qu’ils se faisaient...
[18:33] Le Poète: *la sent figée, le regardant, lui et rien que lui, comme si elle était suspendue à ses lèvres et l'attendait. Il la regarde ainsi pendant quelques secondes, les lèvres entrouvertes, le souffle chaud, fasciné par elle... et s'avance pour poser ses lèvres sur les siennes*
[18:35] Evy le voit s’approcher de plus en plus, fixant ses lèvres, comme hypnotisée par elles. Elle ferme alors ses yeux quand il pose sa bouche contre la sienne, timide au début, sa respiration se faisant clairement entendre, elle entrouvera vite sa bouche, laissant sa langue s’échapper entre les lèvres de son complice du jour, cherchant à jouer avec sa langue, a la caresser délicatement. Elle ne pense plus à rien, si ce n’est au moment présent, elle se sent libérée...



... f*ck. J’ai perdu.


Le Poète
Cette soirée m’en a fait voir de toutes les couleurs.
Stop.
Plus rien.
Dodo.
Bonne nuit.
avatar
Le Poète

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Ju Ann Brooks le Dim 19 Aoû - 9:11

Le Poete se fait attendre....Aimerai t il se faire désirér ?
je crois avoir vite besoin de lire certaines curiosités!
avatar
Ju Ann Brooks
GM

Messages : 432
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Evy Blackheart le Jeu 23 Aoû - 12:08

On s'impatiente la, on veut que tu continues de nous faire rêver.
avatar
Evy Blackheart

Messages : 4
Date d'inscription : 17/08/2012
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal du Poète

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum