BG Yslae Sanders

Aller en bas

BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Dim 14 Oct - 16:34

Yslae Sanders est née le 20 octobre 1992 à Philadelphie dans un quartier bourgeois : Chestnut Hill. Ses parents, Andrew et Emily Sanders, sont issu de la bonne société et elle n’a manqué de rien, grandissant dans un univers protégé et cossu. Andrew Sanders directeur du personnel de la PNB (Philadephia National Bank) était un père absent, prisonnier d’un travail lucratif qui passait avant sa vie de famille. Emily elle se consacrait presque entièrement à ses obligations mondaines y voyant une revanche de la vie puisqu’elle était née dans une famille d’origine irlandaise de la classe moyenne. Elle était présente dans la vie de sa fille mais se préoccupait plus de lui donner une éducation digne du compte en banque de son mari que des états d’âme de l’enfant. Yslae trouvait l’affection qui lui manquait auprès de son oncle Declan O’Brady, le petit frère de sa mère, qui tenait un pub (New Deck Tavern) non loin du campus de l’université de Penn (Penn State University).

En grandissant Yslae fut donc confronté à deux visions bien différentes du monde qui l’entourait et au cours de son adolescence, par révolte et par goût, elle se rapprocha de plus en plus de son oncle passant le plus clair de son temps libre à la taverne donnant un coup de main au service et trainant avec la faune locale : étudiants, musiciens venus donner un concert et clients en tout genre. Son oncle lui laissait beaucoup de liberté même s’il pouvait être très protecteur par moments et se montrait fier de la voir faire ses expériences et ses propres choix, loin du monde guindé de ses parents.

Malheureusement pour elle ses parents finirent par s’inquiéter de ses fréquentations et à la fin de sa deuxième année de College ils décidèrent de l’envoyer dans une université privée (Brenau University en Georgie) réservée aux jeunes filles de bonne famille, loin de son oncle et de sa "mauvaise influence". Yslae fut prévenue au dernier moment, à une semaine de son départ, pour éviter d’avoir à gérer sa mauvaise humeur et ses colères prévisibles. Se sentant trahie et ayant l’impression que son monde s’effondrait sous ses pieds, la jeune fille ne fit aucune scène sur le moment et se réfugia dans sa chambre pour réfléchir.

Plus tard cette nuit là après avoir préparé un sac de voyage elle quitta la maison de ses parents sans un regret, leur laissant seulement un mot pour leur dire qu’elle partait vivre sa vie. Elle posta une lettre plus longue à son oncle en arrivant à la gare pour lui expliquer la situation et lui dire qu’elle le contacterait quand elle aurait trouvé un point de chute.

Se plantant devant le panneau des départs elle élimina le prochain train qui allait à New-York : trop près de Philly. Le suivant partait pour Détroit…
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Ju Ann Brooks le Dim 14 Oct - 20:54

comme le dirai un sage..c'est trés prometteur, un bg trés leger mais prennant sur la suite des evenement...j'espere que tu le met a jour pour savoir le destin hors rp de la petite yslae!


bons rps a toi puce!
avatar
Ju Ann Brooks
GM

Messages : 432
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Dim 14 Oct - 21:47

Oulà... me demander d'écrire la suite... tu ne sais pas à quoi tu t'expose : j'adooore écrire alors ça risque de faire un roman !!! Mais je veux bien relever le défi Razz
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  blackkingdom radikal le Lun 15 Oct - 9:07

la pauvre petite tombée si vite chez les grands méchants avec des casquettes à l'envers :-)
avatar
blackkingdom radikal

Messages : 2767
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Dim 28 Oct - 12:58

Assise sur la plage, Yslae laissait son regard errer sur les ondulations du lac. Ses mains ramassaient des poignées de sable qui coulaient ensuite entre ses doigts, geste qu’elle répétait inlassablement sans y prêter attention.

Des visages défilaient devant ses yeux, ceux de sa vie d’avant se mêlant à ceux qu’elle avait rencontrés depuis qu’elle était arrivée à Détroit. La parade se terminait par le sien aperçu le matin même dans le miroir de la salle de bain. Pâle, les traits tirés et dans les yeux une lueur de dureté qu’elle ne se connaissait pas.

Ses doigts continuaient leur manège dans le sable alors qu’elle essayait d’analyser froidement les choix faits ces dernières semaines. Sa naïveté, sa stupidité et sa jeunesse lui sautaient aux yeux. Elle regardait sans complaisance ni tendresse cette jeune femme, encore une enfant par bien des cotés, lui adressant mentalement des critiques qu’elle n’aurait sans doute pas acceptées de quelqu’un d’autre.

Abandonnant les grains dorés, ses mains enlacèrent ses jambes remontées contre sa poitrine alors qu’elle posait son menton sur ses genoux. Rester… partir. Rentrer chez papa-maman… Solution de facilité sans doute, quoique enfermée dans une fac débile elle ne pourrait sans doute nuire ni aux autres ni à elle-même.

Elle poussa un profond soupir se sentant seule et tellement jeune tout à coup. Le visage rieur de son oncle se matérialisa dans un rayon de soleil qui dansait sur le lac. Sa voix chaude et tendre résonna à ses oreilles "Hey Nymphette tu comptes prendre racine dans le sable ? Allez raconte ! Quand on a une tête aussi sombre que la tienne, il faut la vider avant d’essayer d’y mettre une décision. Des conneries t’en feras dans ta vie, t’assumes et t’avances ou tu t’enfermes dans une cage rose bonbon comme ta mère. Allez raconte j’attends ! Et là c’est moi qui prend racine !"

Elle laissa couler ses larmes alors qu’elle entendait encore le rire de Declan. C’était bien là le problème : elle ne pouvait raconter à personne tout ce qu’elle avait sur le cœur. Pas même à lui. Cette fois elle était bien seule pour prendre ses décisions.
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Ven 2 Nov - 18:06

Assise sur le rebord du pont qui surplombe le lac, Yslae s’appuie sur le pilier à coté d’elle. Remontant ses jambes pour en faire une table elle y installe un bloc note et suçote le crayon qu’elle a en main. Le sujet de l’essai qu’elle est sensée écrire "Jane Austen : une romancière romantique" ne paraît pas l’inspirer beaucoup et elle laisse son regard errer sur la ligne d’horizon, là ou le gris du ciel de novembre rejoint le gris de la surface de l’eau. Elle se mordille les lèvres et baisse les yeux sur la page vierge qui frémit doucement dans le vent. Le crayon se pose sur le papier et elle le laisse courir au gré de son inspiration.

"Grandir autrement
Apprendre et vieillir
Portée par ses sentiments
Accepter et choisir

Sentir la joie, sentir la peur
Pleurer mille fois
Suivre son cœur
Qui saigne parfois

Mais vivre et changer
Vivre et rêver
Vivre et aimer"

La jeune femme se relit en souriant et arrache la page qu’elle plie pour la mettre dans sa poche. Elle lève à nouveau les yeux vers l’horizon et souffle juste pour elle et le vent "Hakuna Matata".
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Puck Anfauglir le Ven 2 Nov - 20:52

Yslaé me semble chargée de Mystère... mais quel est son secret? scratch
avatar
Puck Anfauglir

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2012
Age : 34
Localisation : Dans le Van ou au bar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Ven 14 Déc - 7:45

Yslae regarde la porte vitrée de l’hôpital qui se referme derrière elle laissant une infirmière à l’air désolé et l’agent de sécurité qui l’a poussée dehors dans la chaleur du hall d’entrée. Elle frissonne dans l’air froid du matin et se rend compte que son manteau et son sac sont restés au club des BBC hier soir. Pâle et les traits tirés elle regarde l’homme tourner les talons sur un dernier regard noir et elle se mord les lèvres en se disant qu’elle n’aurait peut-être pas dû le gifler quand il a essayé de lui mettre la main aux fesses en la raccompagnant vers la sortie… elle aurait peut-être pu l’amadouer. La jeune femme en uniforme blanc la regarde un instant de plus et semble se décider franchissant la porte pour venir vers elle :
"Je vous avais dit cinq minutes et vous êtes restée toute la nuit… Cet hôpital a des règles c’était déjà gentil de ma part de vous autoriser à rester un moment de plus."
Yslae hoche la tête lentement essayant un petit sourire vers l’infirmière :
"Je sais… je suis désolée de vous avoir mis dans l’embarras. Je voulais juste attendre qu’il s’endorme et… je me suis endormie à mon tour
- Mais enfin ! Sur son lit ! Vous auriez pu aggraver sa blessure !"
A ces mots la jeune femme a un léger sursaut, ses yeux s’ouvrant largement et sa voix tremblant un peu :
"J’ai fait très attention de ne pas bouger. Je suis restée au bord du lit toute la nuit. Il n’y a pas de complications n’est-ce pas ?
- Donc vous vous êtes réveillée… et vous êtes restée ? Et non pas de complication, votre présence n’a pas eu d’impact apparemment"
Prise en flagrant délit de mensonge, Yslae rougit légèrement et regarde l’infirmière dans les yeux d’un air suppliant :
"Je n’ai pas pu le laisser. Je voulais juste attendre qu’il parte au bloc opératoire. Je suis désolée.
- Et maintenant vous voulez attendre qu’il en sorte. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi têtu que vous !"
Elle prononce ces derniers mots un léger sourire aux lèvres devant la moue suppliante de la jeune femme en robe courte devant elle et poursuit son sourire s’élargissant un peu :
"Il en a pour au moins trois heures au bloc, rentrez chez vous prenez une douche et revenez dans deux heures. Demandez-moi à l’accueil je vous laisserais attendre dans sa chambre.
- Merci !!! Merci beaucoup !!!"
Yslae fait un large sourire à l’infirmière avant de tourner les talons et de partir en courant vers son appartement, murmurant pour elle-même :
"Une heure trente… ou une heure… ça devrait passer…"
La jeune femme dans son uniforme immaculé la regarde partir en souriant avant d’entrer dans l’hôpital en frissonnant. Elle a toujours eu un faible pour les amoureux… Elle se dit qu’il faudrait quand même qu’elle arrête les comédies romantiques avant d’avoir des ennuis avec la direction de l’hôpital.


Dernière édition par Yslae Sanders le Sam 15 Déc - 10:13, édité 1 fois
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Vick Time le Ven 14 Déc - 11:48

Comme il est bon de savoir un couple soudés l'un à l'autre...En esperant que la douce Yslae, aussi tête de mule soit elle, laissera le " jeune" homme reprendre du poil de la bête !
avatar
Vick Time

Messages : 78
Date d'inscription : 10/10/2012
Localisation : Dans un autre monde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Jeu 20 Déc - 22:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nouant ses bras autour de la taille de Jarkko, Yslae sent les vibrations de la moto monter en elle. Elle regarde par-dessus l’épaule de son homme le paysage qui s’avance vers eux de plus en plus vite alors que l’asphalte est avalé par les roues de l’engin. Le vent soulève ses cheveux qui volent comme un voile derrière elle et pique ses yeux qui commencent à se remplir de larmes, elle se colle un peu plus à lui et pose sa joue contre son dos.

Son cœur s’accélère un peu alors qu’elle laisse vagabonder ses pensées qui semblent défiler aussi vite que les kilomètres. La vie l’a gâtée en surprises en tout genre ces derniers mois… bonnes et moins bonnes. Mais l’inattendu à parfois du bon… il amène des couleurs dans un paysage qui paraissait gris. L’inattendu donne parfois des papillons dans le ventre et un incendie dans le cœur. L’inattendu peut aussi donner une impression de vertige comme les montagnes-russes ou comme la vitesse d’une moto quand on ferme les yeux.

Un sourire nait peu à peu sur ses lèvres, rien n’a plus d’importance, seule compte la chaleur qui lui arrive du corps serré contre le sien et de la moto entre ses jambes. Elle voudrait que cette chevauchée ne finisse jamais, qu’ils roulent l’un contre l’autre jusqu’au bout du monde.

Est-ce que c’est ça le bonheur ? En tout cas si ça n’est pas ça, ça lui ressemble beaucoup…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Jeu 3 Jan - 13:04

Il y a des périodes où il ne se passe rien... où le temps paraît s'allonger tellement les journées sont vides. Les fêtes de fin d'année avaient eu cette saveur pour Yslae. La ville paraissait vide : Jarkko sur un tournage, Puck qui avait fui la ville, Boss en repos forcé dû à sa blessure, Leo en France, Vick à l’hôpital, la fac en vacances et quasiment aucun client au sexshop. Heureusement qu’il restait Kaz et Jamal… Quoique… Kaz lui avait imposé un réveillon sans gras ni alcool puisqu’elle se préparait toujours pour ses matchs de tournois, et Jamal était loin d’être aussi drôle que d’habitude : il promenait sa déprime à cause de l’absence de sa femme, son Bébé scotché à lui comme s’il avait peur de le perdre aussi. Bref le calme plat, le néant, l’ennui…

Et en une seule soirée BAM !!!! C’est tout le contraire. Tout explose. Tout se mélange. Un vrai carambolage d’évènements. Les montagnes russes d’émotions en prime.
Sa mère qui débarque au sexshop pour lui intimer l’ordre de rentrer à Philadelphie… comme si elle allait obéir ! Et qui, devant son refus, fait entrer des gros bras armés de battes de base-ball dans le magasin pour tout casser avant de lui dire qu’elle a deux jours pour rejoindre le domicile familial.

La colère de BKR devant le désastre, et sa colère à elle qui a tenu tête au Boss pour la première fois. Un plan qui nait pour essayer de contrer la folle dingue qui lui sert de génitrice. Une idée de Damon qui ressemble à une idée de génie et qui en plus n’inclut pas d’assassiner ses parents. Et un cadeau de nouvelle année dont elle se serait bien passée : deux gardes du corps à ses basques en permanence, pour éviter qu’elle ne soit enlevée, jusqu’à ce qu’Emily Sanders soit muselée.

Le retour de Puck et Vick attablés ensemble au café et qui l’ont appelée alors qu’elle passait devant pour rentrer chez elle. Puck qui l’a serrée dans ses bras comme si la discussion qu’ils avaient eu quelques jours avant son départ n’avait pas eu lieu. Comme si elle était à nouveau sa pote, sa confidente… Yslae espère sincèrement que c’est le cas, qu’il ne souffre plus par sa faute. Et elle se demande si la façon dont il couvait Vick du regard n’avait pas quelque chose à voir dans tout ça.

De retour enfin chez elle après une soirée mouvementée et là… la dernière surprise… la plus belle. Jarkko rentré le soir même et qui accourt chez elle après avoir reçu un message de sa part. Pouvoir se blottir contre lui, lui raconter la dernière folie de sa mère et se sentir enfin en sécurité. Mais surtout sentir ses bras autour d’elle, son odeur, sa chaleur et ne plus penser à rien d’autre qu’à le retrouver… enfin.
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Puck Anfauglir le Jeu 3 Jan - 13:24

*Arrache tous les pères Noël de deco qui pendent des balcons et va les cramer dans le parc pour se réchauffer avec Vick*

"Ouaip c'trop nul les fêtes de fin d'année!"
avatar
Puck Anfauglir

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2012
Age : 34
Localisation : Dans le Van ou au bar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Vick Time le Jeu 3 Jan - 17:24

Pauvre Maman sanders....

Je suis de son avis moi,t'avais cas pas te barrer de chez toi hein ! fille indigne ! **se barre en courant se planquer derrière maxx**
avatar
Vick Time

Messages : 78
Date d'inscription : 10/10/2012
Localisation : Dans un autre monde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Sam 26 Jan - 11:01

Yslae marche vers la porte de la cave comme si elle allait à l’échafaud, le menton levé par défi et tout le poids du monde lui semblant peser sur ses épaules. Elle ne se retourne pas pour voir si Léo suit c’est sans importance, elle se contente de faire un pas, puis un autre puis…

BOOOOOMMMMM

Elle entend l’énorme déflagration qui fait vibrer ses tympans, elle a l’impression que la terre se dérobe sous ses pieds et voit le sol du club venir vers elle comme au ralenti. Le métal du revêtement heurte violemment son front et la douleur explose dans sa tête.
Puis… NOIR

FLASH
Des cris… la chaleur… des flammes… l’odeur de fumée dans ses narines… des mains qui la soulèvent… trop difficile d’ouvrir les yeux…
NOIR

FLASH
La voix de Kaz… entrouvrir les paupières… un visage inconnu penché sur elle… un homme, il tousse dans la fumée épaisse… la silhouette de Kaz qui se découpe contre le brasier derrière elle… trop dur de garder les yeux ouverts…
NOIR

FLASH
Le monde n’est pas à sa place habituelle… où sont le bas et le haut ?… ah, on la porte… impossible de soutenir sa tête il vaut mieux la laisser pendre… ouvrir les yeux… BKR, c’est BKR qui la porte… mais où est Jarkko ?... il faut qu’elle voie Jarkko…
"Jarkko… Jarkko !"
Et cette douleur dans sa tête… fermer les yeux c’est plus facile…
NOIR

FLASH
Une voix qui lui parle… mais comment voulez-vous qu’elle comprenne avec la sirène qui hurle dans sa tête…
"Mademoiselle ? Mademoiselle, ouvrez les yeux, regardez moi. Vous êtes en sécurité maintenant on vous emmène à l’hôpital. Allez ouvrez les yeux. Voilà c’est bien ! Regardez moi. Vous savez comment vous vous appelez ?"
Aïe !!!... c’est quoi cette lumière qui tourne… pourquoi ça bouge ?... ah, elle est dans une ambulance… et c’est quoi cette question idiote ?... bien sûr qu’elle sait comment elle s’appelle !... pourquoi ils ne comprennent pas que l’urgence c’est de trouver Jarkko ?...
"Yslae… Yslae Sanders. Où est Jarkko ? Je veux voir Jarkko !"
Oooooohhhh le monde tourne en même temps que le gyrophare… on se croirait dans un manège… ça fait trop mal à la tête… il vaut mieux fermer les yeux…
NOIR

FLASH
Pourquoi il fait si froid ?... et pourquoi la douleur dans sa tête augmente de seconde en seconde ?... des voix, loin d’elle et qui résonnent comme sous les voutes d’une cave… d’accord c’est pour ça qu’il fait froid : elle doit être sous terre… essayer de comprendre ce que disent les voix…
"Ne vous agitez pas mademoiselle ! Sinon on ne pourra pas prendre la radio."
Une radio ?... elle doit être à l’hôpital alors… mais quelle idée stupide de mettre un hôpital dans une cave… ils ne savent pas à quel point il fait froid ?... et pourquoi ils lui parlent de si loin au lieu d’arrêter la douleur dans sa tête qui descend maintenant dans sa nuque… ah ils parlent encore… c’est si dur d’essayer de comprendre…
"…juste une légère fracture bénigne. Elle devrait se réveiller sous peu. Non ce qui m’inquiète c’est sa température qui augmente encore. Faites lui un bilan sanguin complet, avec ce qui traine en ville en ce moment on ne sait jamais.
- Bien docteur. Je la fait remonter en chambre commune ?
- Non, soyons prudent. Gardez la en isolement le temps que les résultats reviennent, à cette heure là on n’aura pas la réponse avant demain matin et je ne veux prendre aucun risque."
Le docteur examine une dernière fois le pansement fait dans l’ambulance et hoche la tête satisfait avant de sortir de la pièce s’occuper des nombreux autres patients qui attendent après cette explosion qui a secoué tout le quartier. L’infirmière remonte le drap sur les épaules d’Yslae qui tremble de froid, puis elle roule le brancard vers l’ascenseur.
Non ça n’est pas possible de tout comprendre, ils sont beaucoup trop loin d’elle… si seulement il ne faisait pas si froid… aïe sa tête va exploser…
NOIR

FLASH
Elle a dû s’endormir au soleil et vu comme elle a chaud et mal à la tête, elle doit être écrevisse… flute, sa mère va encore lui faire son couplet sur les méfaits des rayons UV pour la peau et du danger d’avoir des rides à trente ans… ah non, c’est pas possible ça, elle n’est plus à Philadelphie, elle ne peut pas être au bord de la piscine familiale… c’est tellement difficile de réfléchir quand on a l’impression que sa tête va exploser… si elle pouvait ouvrir les yeux un instant, les voix qu’elle entend devraient pouvoir l’aider… lui expliquer pourquoi elle a si chaud et si mal à la tête…
"Je crois qu’elle est en train de se réveiller docteur.
- Bien… le choc à la tête n’a rien de grave, elle est jeune elle s’en remettra vite. J’espère qu’il en sera de même avec la méningite, les nouvelles qui nous viennent de l’hôpital Henry Ford ne sont pas très bonnes. La souche est très résistante semble-t-il. Commencez le traitement immédiatement.
- Bien docteur. J’espère que ça va fonctionner rapidement, sa fièvre a encore augmenté pendant la nuit."
Ok, ouvrir les yeux lentement… une femme, et vu l’accoutrement une infirmière… ils ont dit quoi ?... ah oui, méningite… ça doit être pour ça qu’elle est habillée comme un cosmonaute l’infirmière… il faut qu’elle prévienne Jarkko… le trouver… et s’il était déjà malade ?...
"Jarkko… trouvez Jarkko…
- Ah on se réveille ! C’est bien ! Tenez buvez un peu d’eau ça va vous faire du bien… doucement… voilà… Je ne sais pas de qui vous parlez mais calmez vous, je vais demander à la jeune femme qui est arrivée avec vous dès que je vous aurais administré votre traitement. Elle s’appelle Léo Radikal et elle n’arrête pas de demander de vos nouvelles je suis sûre qu’elle saura me renseigner. Voilà… fini ! Dormez maintenant, il faut récupérer pour vaincre la maladie."
Léo… Léo est ici… pourquoi ?... elle est malade aussi ?... ah non, l’explosion c’est vrai… pourquoi c’est aussi pénible de parler ?... aaaaahhhh, l’infirmière s’est décalé pour injecter quelque chose dans sa perfusion et la lumière derrière elle est trop forte… sa tête va exploser… dormir oui dormir est une bonne idée…
NOIR

FLASH
Ooooooohhhh elle tombe… Ah oui mais elle tombe au ralenti, c’est amusant ça. Hey ça y’est elle vient de comprendre : elle est dans Alice au pays des Merveilles. Ok, donc si elle tombe elle doit être Alice, et là, c’est évident, il faut retrouver le lapin blanc. Peut-être qu’il aura une pilule magique comme dans Matrix. Et que ça effacera son mal de tête. Quoique… pas besoin, elle n’a plus mal à la tête. Bon la descente est terminée. C’est étrange elle ne se souvenait pas qu’il y avait un labyrinthe dans une cave dans le roman de Lewis Carroll, ni dans le dessin animé de Disney d’ailleurs. Bon ça n’est pas grave, trouver le lapin blanc et trouver la sortie. Ah oui, elle avait raison : elle est bien Alice ! Il y a une table prête pour le thé là. Ohohoh ! Ca c’est hilarant le chapelier fou a le visage de BKR. Ca lui va bien le chapeau haut de forme. Bon par contre le cosmonaute qui veut lui faire boire du thé n’est pas amusant du tout. Il vaut mieux repartir dans l’autre sens.
"Heureusement qu’elle est sous perfusion, elle se débat et je n’arrive pas à la faire boire. Elle délire comme ça depuis un bon moment déjà. Le traitement n’a pas l’air de faire d’effet, la fièvre ne cesse d’augmenter doucement.
- Le docteur en dit quoi ?
- Tu connais les médecins… Il dit qu’il faut laisser un peu plus de temps pour que son corps assimile les drogues. Je te parie qu’avant la fin de la journée il va lui en redonner une dose. Mais si on lui propose de le faire maintenant il ne voudra pas parce qu’on est de simples infirmières. Ben t’en fais une tête tu la connais ?
- Tu te souviens de l’histoire que je t’ai racontée ? Quand j’ai failli me prendre un blâme parce qu’une jeune femme s’était endormie sur le lit de son ami blessé ?
- Oui oui très bien.
- C’est elle… je me demande ou est son amoureux…
- Oui ben tu y réfléchiras plus tard : j’ai d’autres cas à te transmettre et j’aimerais bien rentrer chez moi avant que mes enfants ne se couchent pour une fois.
- Oui bien sûr, excuse-moi je te suis."
A droite, à gauche, encore à gauche, bon elle peut ralentir elle a semé le cosmonaute. Par contre elle commence à être fatiguée. Hé il y a une ouverture là, une salle plus grande, peut-être que le lapin blanc se cache là. Ah non, il n’y a qu’une théière géante avec une porte pour entrer dedans. C’est tout petit à l’intérieur, il y a juste la place pour un lit, mais au moins elle va pouvoir fermer la porte, pour que le cosmonaute ne la voie pas, et faire une sieste. Aaaaaaah mais qui tape sur le couvercle de la théière ? En fait la théière n’est pas géante c’est elle qui est toute petite. Arrêtez de faire tout ce raffut ! Mais ce sont les voix de Kaz et Léo ! C’est Kaz qui tape sur la théière ? C’est malin, elle s’est cassée en mille morceaux ! Rhoooo ça y’est elle tombe à nouveau au ralenti…
Kaz tape sur la vitre pour attirer l’attention d’Yslae avant d’appuyer sur le bouton de l’interphone pour qu’elle et Léo puissent lui parler. La jeune femme est très pâle sur son lit d’hôpital et semble se débattre contre ses draps.
Ah là elle sait où elle est : le club des BBC. Il faut qu’elle descende à la cave, Léo le lui a ordonné. Kaz est là elle la regarde avancer vers la porte. Mais Yslae sait ce qui va se passer, il ne faut pas continuer, tout va exploser. Si seulement Jarkko était là, il la protégerait. Pourquoi ne peut-elle pas arrêter de marcher vers cette porte. Non elle ne veut pas y aller.
"Non… non je ne veux pas… Jarkko !!!
- Elle délire Kaz, elle ne nous entend pas. Si seulement je ne l’avais pas envoyée si près de la cave…
- Arrête de t’en vouloir, ça n’a rien à voir avec toi. Les médecins ont dit que c’était la méningite qui provoquait la fièvre et la faisait délirer. Allez viens je t’aide à remonter dans ta chambre tu ne devrais même pas être debout."
Ca va exploser. Maintenant !!!
NOIR


Damon s’approche de la porte vitrée de la chambre d’Yslae après avoir reçu les consignes de l'infirmière auquel il aura acquiescé comme s'il s'agissait de paroles d'évangile. Il reste bien derrière le carreau écartant les doigts en V façon rencontre du troisième type pour saluer la malade. La jeune femme a les yeux clos et bouge légèrement la tête sur l’oreiller, alors qu'un docteur injecte un médicament dans sa perfusion devant le regard de Damon. Le médecin commence à se détourner après avoir terminé quand elle se raidit tout à coup comme si on l'avait électrocutée et commence à avoir des convulsions. Le privé est bousculé par le personnel qui se précipite vers la chambre et les infirmières tirent les rideaux pour occulter ce qui se passe à l’intérieur.
Le médecin sort de la chambre après un petit moment et apprend à Damon qu'Yslae est tombée dans le coma. Il voit les rideaux se rouvrir et Yslae reposer sur son lit les yeux clos comme si elle dormait


BLANC

à suivre...


Dernière édition par Yslae Sanders le Sam 26 Jan - 14:58, édité 1 fois
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Puck Anfauglir le Sam 26 Jan - 12:09

Nooooooooooooon !!!!

N'importe qui mais pas elle !!!!!!!!! (Enfin, pas Vick non plus!)
avatar
Puck Anfauglir

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2012
Age : 34
Localisation : Dans le Van ou au bar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Léonah le Sam 26 Jan - 15:36

Un réel plaisir à lire comme toujours, je suis fan !
avatar
Léonah

Messages : 231
Date d'inscription : 18/06/2012
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Dim 27 Jan - 16:50

Yslae flotte. Plus de douleur. Plus de froid. Plus de chaud. Elle a l’impression d’être dans un espace étrange, pas noir et inquiétant, blanc et cotonneux. Non pas blanc. Blanc est une couleur et là… c’est plutôt l’absence totale de couleur. Comment décrire l’absence de couleur ?...

En tout cas elle n’a plus mal à la tête et à la nuque, et son esprit est devenu extraordinairement clair. Envolés les personnages d’Alice et l’explosion qui tournaient en boucle dans sa tête. Ok, c’est un bon début, elle va pouvoir mettre un peu d’ordre dans tout ça et essayer de comprendre ce qui se passe. Il y a eu l’explosion. Enfin si ça n’était pas un rêve. Et une ambulance… peut-être… Donc si elle part du principe que l’explosion et l’ambulance étaient réelles, l’hôpital devait l’être aussi. Ah ! C’est énervant de ne plus pouvoir faire confiance à ses souvenirs. Ils sont si flous. Au moins elle est sûre qu’elle n’est pas Alice et que BKR n’est pas le chapelier fou. Quel rêve idiot !

Bon le plus simple c’est d’ouvrir les yeux et de regarder autour d’elle. Oui simple quand on sait où sont ses yeux. Sauf que là… Comment ça elle ne sait pas où sont ses yeux ? On sait toujours où ils sont. On n’a pas besoin de les chercher pour les ouvrir. La panique commence à la gagner. Il faut qu’elle bouge. Mais bouger quoi ? Où est parti son corps ? Plus de corps… Elle est morte alors ? C’est ça la mort ? Non, non, non, non, non elle n’est pas morte ça n’est pas possible. Elle pense. Elle arrive à réfléchir, à analyser. Elle ne peut pas être morte. Elle doit respirer à fond et se calmer. Oui mais elle ne contrôle plus sa respiration non plus. Plus de bouche, de gorge, de poumons… Elle se laisse gagner par la panique, ses pensées devenant un cloaque de peurs qui tournent de plus en plus vite.

Au bout d’un moment (long ? court ? difficile à savoir…), elle se calme assez pour essayer de réfléchir de façon cohérente. Ok, donc faire l’inventaire, en commençant par le bas comme quand elle avait essayé de se mettre à la relaxation poussée par sa mère. Pieds ? Absents. Jambes ? Absentes. Torse ? Pas là non plus. Epaules, bras, mains ? Disparus. Cou, tête ? Aucune trace, mais ça n’est pas forcément une mauvaise chose vu comment ils la faisaient souffrir. Il lui reste ses pensées, donc si elle pense ne pas être morte, il va falloir partir du principe qu’elle ne l’est pas. De toute façon elle n’a pas vu de tunnel, de lumière ou ses grands-parents venus la chercher. Il faut continuer l’inventaire, donc ses pensées sont là et elles sont parfaitement cohérentes. Ah ! Et les sens ? Elle en a cinq comme tout le monde. Il faut faire l’inventaire de ça aussi. Le toucher elle peut oublier, s’il était là elle saurait forcément où est son corps. Le goût et l’odorat manquent à l’appel eux aussi, mais sans nez ni bouche… Quand à la vue il faudrait pouvoir ouvrir les yeux pour tester, et comme elle ne sait toujours pas où ils sont… Reste l’ouïe. Sauf qu’elle ne sait pas non plus où ses oreilles ont pu… Hey ! Si ! Elle entend. On bouge autour d’elle, on parle. Il faut se concentrer pour comprendre les voix.


"La pauvre petite, sa température ne cesse d’augmenter. Si on ne trouve pas un moyen d’endiguer la méningite son cerveau va finir par griller. En tout cas elle ne se débat plus, on dirait qu’elle est endormie
- Mais tais-toi ! Tu n’as jamais entendu dire que les comateux entendent ce qui se passe autour d’eux ?
- C’est un mythe ça ! Cois-en ma longue expérience. Et puis les études sont contradictoires. Certains disent avoir entendu d’autres non… à mon avis ils fantasment.
- Tu n’en sais rien ! Dans le doute il vaut mieux ne rien dire de choquant, tu sais bien que la guérison c’est aussi la volonté du patient qui la provoque.
- C’est beau d’être aussi idéaliste. Tu verras on en reparlera quand tu auras quinze ans d’expérience derrière toi, comme moi. En attendant ouvre les rideaux et sortons d’ici : il y a des patients qui ne sont pas condamnés qui nous attendent.
- Mais arrête !!! Ca n’est pas drôle. Allez oui sortons d’ici avant que tes mots ne la touchent."

Ah ! C’est énervant ! Elle les entend mais ne comprend pas un mot de ce que les voix disent. Comme si elles parlaient dans une langue étrangère. Pourtant elle est sûre que c’est de l’anglais. Peut-être que si elle essaie plus fort elle va y arriver... Hey ! Non ! N’arrêtez pas de parler ! Elle fouille le silence et se concentre mais il n’y a plus rien à écouter. Plus un bruit. Le désespoir la prend. Comment ne pas devenir folle enfermée dans ses pensées sans rien à quoi se retenir ? Le temps semble s’allonger, devenir infini. La panique la guette à nouveau, quand soudain… Une voix. Claire. Distincte mais un peu déformée, comme si elle sortait d’un micro.
"Yslae, je suis là… je ne sais pas si tu m’entends mais je suis là..."
Jarkko !!! C’est Jarkko !!! Oh oui elle l’entend. Elle le comprend. Une vague de joie inonde ses pensées. Elle voudrait lui répondre. Le toucher. Le toucher ? Qu’est-ce qui vient de se produire ? C’est quoi cette sensation ? Son doigt !!! C’est son doigt !!! Elle a réussi à le bouger ! Mais Jarkko ne parle plus et son doigt est reparti se cacher avec le reste de son corps. Il ne doit pas partir ! Il faut qu’il parle encore ! Il ne peut pas la laisser seule ! Elle a peur…

Oui ! Il est revenu. Il parle encore. Il dit les mots qu’il ne dit pas d’habitude, ceux qu’il montre sans les dire. Elle veut s’accrocher à sa main pour qu’il la tire vers lui, vers la vie. Sa main ! Elle a senti toute sa main. Elle l’a levée un peu mais c’était trop difficile, elle est retombée et là elle ne la sent plus. Jarkko ne parle plus. L’absence du son de sa voix est comme un déchirement. Si elle savait où sont ses yeux elle pleurerait. Si elle pouvait trouver ses cordes vocales elle lui crierait de revenir, de lui parler encore, de ne pas la laisser seule.
Du bruit ! Il y a du bruit autour d’elle. D’autres voix qui restent incompréhensibles. Non ! Il n’y a qu’une voix qu’elle veuille réellement entendre. Même si le bruit est mieux que le silence, elle ne veut que sa voix à lui.
Et il reprend la parole. Il veut qu’elle bouge encore, mais c’est si compliqué ! Sa main ! Penser à tenir sa main dans la sienne… Voilà ça marche ses doigts cherchent à atteindre ceux de l’homme qu’elle aime.

Le médecin regarde interdit cette main qui vient de bouger, avant d’ordonner à l’infirmière d’aller chercher une nouvelle dose de traitement. Il l’injecte lentement dans la perfusion avant de lever les yeux vers la jeune femme en tenue stérile :
"C’est contre tous les règlements de cet hôpital mais vous allez laisser cet homme entrer. Donnez lui une tenue stérile, expliquez lui toutes les règles de sécurité et faites lui signer une décharge. Elle ne réagit qu’à sa voix et on dirait qu’elle essaie d’attraper sa main, et que je sois pendu si je ne tente pas les choses les plus folles pour sauver une fille aussi jeune.
- Bien docteur… Et… je suis d’accord avec vous. C’est bien ce que vous faites."
Jarkko se tait à nouveau mais elle attend patiemment : elle sait qu’il l’a vue bouger, elle est sûre qu’il va revenir. Elle écoute les bruits autour d’elle, cherchant toujours à comprendre les voix qui lui parlent. On bouge. Une porte s’ouvre, se referme. Une seule voix à côté d’elle, une voix d’homme, inconnu, incompréhensible. Mais ça n’est pas grave, elle le comprend, lui, et elle sait qu’il va revenir. La porte s’ouvre à nouveau, encore des bruits de mouvements sans qu’elle n’arrive à les analyser. Rien n’est important… elle attend.

Ah ! Sa voix à nouveau. Plus proche. Plus claire. Sans la déformation du micro. Elle essaie à nouveau d’attraper sa main et ses doigts s’enroulent autour de ceux de Jarkko : il la tient déjà dans les siennes. Elle a envie de rire. Et elle rit, mais sans faire aucun bruit : juste un frémissement de ses pensées. Puis elle se concentre sur ses mots. Il dit qu’elle a bouleversé sa vie, qu’il n’en revient pas qu’une gamine dont il pourrait être le père ait bouleversé sa vie à ce point. Alors elle lui répond en pensée puisque ses mots ne peuvent passer ses lèvres. Que lui aussi a chamboulé son existence, qu’elle était perdue avant lui. Elle pense chacun des mots comme s’il pouvait les entendre :
"C’est étrange de savoir qu’on appartient à quelqu’un et qu’on se sent plus libre qu’on ne l’a jamais été. C’est paradoxal. Et pourtant c’est ce que je ressens à tes côtés. Ah !!! Et je ne suis pas une gamine et je m’en moque que tu ais l’âge d’être mon père."
Elle serre un peu plus ses doigts autour des siens. Se raccrochant à sa voix, la suivant comme un phare dans la nuit.

Il parle toujours. Il revit maintenant leur première rencontre sur le toit du garage des Crows. Il dit qu’elle avait l’air d’une femme de marin qui attend le retour au port de son homme. Elle a envie de lui crier que c’est lui qu’elle attendait sans le savoir. Elle boit ses paroles comme si c’était une source d’eau claire dans le désert. Et… lentement… sans vraiment s’en rendre compte… elle tourne la tête vers lui. Quand elle s’aperçoit de son geste involontaire, sa tête est déjà en mouvement et elle utilise toutes ses forces pour aller jusqu’au bout. Elle se sent tout à coup épuisée, pas physiquement puisqu’elle ne perçoit déjà plus sa tête et utilise le reste de son énergie pour continuer à serrer les doigts de Jarkko dans les siens. Non, c’est son esprit qui est épuisé et s’endort bercé par la voix près d’elle.

Et elle se met à rêver. Elle est dans une barque sur un lac. Un lac tellement grand qu’elle n’en aperçoit pas les berges. Elle est sûre que ce n’est pas la mer parce que l’onde claire est calme, sans aucune vague. Il n’y a que le ciel, l’eau et le petit bateau blanc au milieu sans rame ni gouvernail. Dans le fond de la barque à ses pieds l’extrémité d’une corde qui passe par-dessus le coté et flotte sur le lac, s’éloignant de l’esquif vers l’horizon. Elle se penche et la ramasse. Est-ce vraiment une corde ? Un ruban ? Une tresse ? Une multitude de brins et de couleurs chaudes emmêlés. Elle regarde de plus près. Des mots, ce sont des mots… Elle se redresse tenant toujours sa découverte en main quand le cordon se tend. Elle l’agrippe juste à temps pour éviter qu’il ne lui échappe, et la barque se met à lentement glisser sur l’eau lisse. Alors à son tour elle tire sur la chaine de mots qui s’enroule à ses pieds au fur et à mesure qu’elle la relâche, le canot avançant plus vite maintenant. Au bout d’un moment elle distingue une bande de terre loin sur l’horizon et quelqu’un debout, à peine visible, qui tient l’autre bout du ruban de mots. Elle sait, avec la certitude qu’ont les rêves, que c’est Jarkko qui se tient là, luttant avec elle pour la ramener au bord. Il ne faut surtout pas lâcher, continuer à tirer jusqu’au moment où elle sentira ses bras se refermer autour d’elle…

Quand elle reprend conscience la voix n’est plus là. Mais Yslae attend. Elle sait qu’il va revenir que rien ne pourra l’en empêcher. Elle écoute les bruits quand il y en a. Frustrée de ne pouvoir toujours pas comprendre les voix qui parlent à côté d’elle. Elle revit son rêve, une fois, dix fois, cent fois… Revoyant la beauté de cette tresse de mots.

Jarkko revêtu de la combinaison fournie par l’hôpital se fait accompagner par une infirmière qui lui ouvre la porte de la quarantaine à l'aide de son badge. Il entre en silence dans l'atmosphère stérile de la chambre, s'approche du lit et tire une chaise à lui. Il prend la main d'Yslae dans sa pogne d'ours calleuse à souhait puis la porte à ses lèvres et y dépose un baiser.
Jarkko est là ! Il n’a rien dit, mais il est là elle le sait, elle sent quand il prend sa main.
Yslae ne bouge toujours pas mais ses lèvres laissent échapper un léger soupir à peine perceptible.
Jarkko chuchote "Yslae... je suis là...Je sais toujours pas si tu m'entends, mais on s'en cale, au moins je suis avec toi."
Elle serre doucement les doigts autour de la main qui les tient, sa peau paraissant beaucoup plus fraiche que la nuit précédente, le traitement faisant enfin effet.
Jarkko reprend ses récits de la veille "Je sais plus où j'en étais... Les concentrations de Sturgis je crois.... Faut voir ça Yslae 500.000 personnes dans le même état d'esprit... c'est plus qu'une famille ça... Ca grouille de Twins... Ca ronfle, ça craque, des burns à tout-va... C'est incroyable."
La jeune femme tourne très lentement la tête vers la voix, millimètre par millimètre comme au ralenti. Le biker perçoit le léger mouvement, sa gorge se serre.
"Je t'emmènerai... On roulera jusque là. Tu verras le lever de soleil sur Black hills."
Yslae serre un peu plus les doigts qui tiennent les siens sa bouche semblant trembler légèrement avant de s'arquer doucement en un léger sourire.
"On se fera les plus beaux runs, le Old Schol avec le moulin que tu m'as offert, le Born Free... des kilomètres de bitume à avaler le nez au vent. Tu verras, c'est là que le cœur des bikers bat."
Elle tourne un peu plus la tête vers les mots salvateurs, ses cils frémissant légèrement alors que ses paupières s'entrouvrent d'un millimètre à peine. Jarkko n'aperçoit pas les yeux d'Yslae, plongé dans ses souvenirs pour essayer d'en extraire le meilleur et le lui raconter dans l'espoir d'une réaction.
Oh… trop de lumière. Tout est brouillé.
Elle ferme les yeux à nouveau avant de les rouvrir un peu plus, cherchant à voir le visage de Jarkko dans le flou qui s'estompe peu à peu.
"Je voudrais tellement avoir le temps de te faire vivre tout ça. J'ai besoin de toi Yslae, tu as apporté quelque chose de nouveau et d'inattendu dans ma vie. Un truc auquel je croyais plus."
Yslae entrouvre la bouche sans qu'aucun son ne passe ses lèvres, pousse un autre soupir à peine perceptible avant de venir les humidifier de la pointe de sa langue
"Je traîne ma carcasse depuis une paie, des filles j'en ai connu, mais là ça n'a plus rien à voir. C'est pas partager ma vie avec toi que je veux...c'est te la donner."
Yslae garde les yeux fixés sur le visage de Jarkko, ses doigts serrent un peu plus sa main et elle murmure dans un souffle rauque "Je t'aime"
Il relève la tête ne sachant pas si c'est son esprit qui lui joue des tours en raison de la fatigue ou s'il a réellement entendu Yslae. Il sort de ses pensées et pose son regard sur le visage de la jeune femme "Mon amour... t'es là.... t'es là..." une larme coule le long de sa joue et vient mourir sur le drap immaculé du lit d'hopital.


((La fin de ce texte est un rp ayant eu lieu et qui a été copié et adapté. Merci à Jarkko pour ce beau moment, en espérant qu'il ne m'en voudra pas de lui emprunter ses mots))
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Puck Anfauglir le Dim 27 Jan - 17:39

*Se lève du canapé en montrant la télé du doigt avec un air neutre*

Mais putain c'est quoi ce feuilleton de mauviette? Faut voir les merdes qu'ils passent pour les bonnes femmes qui n'ont rien d'autre a foutre devant la téloche!

*se dirige dans les chiottes... Ferme bien la porte derrière lui... S'écroule en chialant comme un bébé sur la cuvette...*

Putain mais pas elle quoi merdeuuuuuuu! Prennez n'importe quiiiiiiii!

*sessuit les yeux et reprend son air de gros con avant de ressortir des chiottes comme si de rien n'était*
avatar
Puck Anfauglir

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2012
Age : 34
Localisation : Dans le Van ou au bar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Ven 5 Avr - 13:23

La porte de l’appartement au deuxième étage au dessus du salon de tatouage s’ouvre à la volée et Yslae entre en chantonnant un sourire étirant ses lèvres et une enveloppe serrée dans sa main. Elle a vendu ce matin les œufs collectés il y a deux jours lors de la chasse organisée par le nouveau magasin Fabergé et elle a dans son enveloppe sous forme de billets un peu de son avenir. Un peu plus d’argent à mettre dans son projet.
Elle jette son blouson sur le canapé et va pour poser l’enveloppe sur la table de la cuisine quand elle voit une autre enveloppe posée là. Juste son prénom à la place de l’adresse, de l’écriture de Jarkko. Il est rentré ! Une bouffée de bonheur l’envahit alors qu’elle ouvre fébrilement la lettre, déplie la simple feuille blanche et commence à lire.

Elle lit les mots une première fois et se fige de plus en plus au fur et à mesure qu’elle parcourt la courte missive. Ses yeux s’arrêtent sur la signature puis remontent, seule partie de son corps encore mobile, tous ses muscles lui paraissant pris dans une gangue de glace.
Elle lit les mots une deuxième fois, les larmes coulant silencieusement de ses yeux pour venir tacher la feuille. Ce sont ses mots. Son écriture. Elle ne veut pas y croire. Et pourtant… elle sait déjà que c’est vrai.
La lettre lui échappe et vole lentement jusqu’au sol alors qu’Yslae s’effondre comme au ralenti se roulant en boule, le corps secoué de sanglots. Elle se tasse sur elle-même comme pour essayer d’étouffer la douleur qui lui déchire la poitrine. Une douleur si froide qu’elle en est brulante et qui irradie dans tout son être. Elle pleure, elle hurle, elle l’appelle, elle lui demande pourquoi… Pourquoi il ne lui a pas dit au revoir ? Pourquoi il l’a ramené quand elle a frôlé la mort pour l’abandonner maintenant ? Pourquoi il ne l’a pas emmenée avec lui ? Ce voyage là aussi elle l’aurait accepté s’il ne voulait pas changer d’avis.
Le temps semble avoir une vie propre autour d’elle. Les secondes s’étirent à n’en plus finir en éternité de douleur. Sa voix se casse et les hurlements deviennent murmures. Les questions se changent en serments d’Amour. Et elle continue à pleurer et à l’appeler. Son cœur ne pouvant accepter ce que sa raison a déjà intégré.

Au loin le téléphone sonne. Non pas si loin en fait, dans sa poche. Le son semble mettre un temps infini à percer la douleur glaciale et à lui parvenir. Elle attrape enfin son téléphone qui a fini de sonner. Sadi… Elle doit savoir, elle ne l’appelle jamais. Et Jarkko aura fait les choses bien, elle doit avoir eu une lettre elle aussi. Yslae se lève avec difficulté, ses muscles contactés et douloureux d’avoir été pliés si longtemps. La tête lui tourne et elle se tient au mur pour atteindre péniblement la salle de bains, les larmes continuant de couler sur ses joues, les sanglots se changeant en gémissement et en hoquets. Un flot de bile remonte à sa gorge et elle s’effondre à nouveau au sol, vomissant un liquide acide dans les toilettes. Elle rampe jusqu’à la douche en laissant ses vêtements derrière elle et se roule à nouveau en boule sous le jet brulant qui n’arrive pas à la réchauffer.

Elle perd à nouveau la notion du temps jusqu’à ce que l’eau devenue froide la ramène à la réalité. Ses larmes se sont taries momentanément et elle se sèche et s’habille prenant les premiers vêtements qu’elle trouve, les yeux rouges et la gorge nouée. Elle va ramasser la lettre qui git toujours sur le sol de la cuisine et la garde dans sa main sans la lire, regardant dans le vide, à nouveau statufiée.
Le téléphone sonne à nouveau. Sadi. Elle sait. Elle arrive. Pourquoi pas. Ca n’a pas d’importance. Et puis elle doit lui faire part des dernières volontés de Jarkko. Mais elle perd le fil de ses pensées quand la vice-présidente des Crows entre. Une seule chose lui semble importante tout à coup. Yslae veut voir Jarkko. Elle entraine Sadi à l’hôpital en ayant l’impression de vivre dans un brouillard anesthésiant, attend patiemment que la réceptionniste contacte quelqu’un de la police afin d’obtenir l’autorisation nécessaire en cas de mort violente et ressent un léger soulagement en constatant qu’elle connaît le lieutenant qui arrive.
C.C., la fliquette aux tatouages fait preuve de compassion et l’accompagne jusqu’à la pièce grise et froide où Jarkko repose dans un tiroir. Les larmes et la douleur reviennent quand elle voit son visage bleu et tuméfié, et elle se penche sur le corps, ses lèvres effleurant son oreille. Elle murmure un long moment des mots du cœur, oubliant les "pourquoi" pour les remplacer par des "je t’aime", l’eau de ses yeux coulant sans sanglots. On lui indique que le temps est écoulé et elle dépose de petits baisers sur le visage de l’homme qu’elle aime, finissant par caresser ses lèvres froides des siennes.

Elle retourne dans le hall de l’hôpital où l’attend Sadi, remercie C.C. et entraine à nouveau la bikeuse, la tirant par la main jusqu’au salon de tatouage. Elle lui demande de respecter la dernière volonté de Jarkko et de forger une fausse lettre de suicide où il s’accuserait du meurtre. Elle tourne dans le salon touchant les objets sans vie comme si elle pouvait encore sentir la chaleur de la main du tatoueur sur eux. Sadi finit par accepter et lui demande de bruler la lettre en sa possession par précaution. Yslae acquiesce, lui disant qu’elle le fera plus tard. Petit mensonge. Comment pourrait-elle détruire les derniers mots de Jarkko ? Et puis elle ne sera plus là, alors quelle importance qu’elle l’emmène avec elle ?

Elle ne sait pas vraiment quand elle a pris sa décision. Juste qu’elle va partir. Vite. Avant la réunion des Crows de ce soir. Avant l’enterrement. Dés qu’elle se sera débarrassée de Sadi. Elle demande à rester seule, prétexte un besoin de s’étendre, de réfléchir et remonte dans leur appartement après avoir promis de venir au clubhouse ce soir. Encore un mensonge. Toujours sans importance. Plus rien n’a d’importance.
Elle s’installe à son bureau et écrit quatre lettres. Une pour Kaz, sa meilleure amie, sa sœur. Une pour Léo et BKR, elle leur doit au moins un au revoir. Une pour les Crows, Sadi leur lira de sa part ce soir, elle reprend les dernières volontés de Jarkko, leur demande de prendre soin d’Angie à sa place. Et la dernière pour Declan, son oncle, lui expliquant tout, comme elle l’a toujours fait.
Elle se lève, jette quelques affaires dans un sac de voyage, presque au hasard, enfile sa veste aux couleurs des Crows, prend son sac à main dans lequel elle place son arme et ouvre la porte pour se retrouver nez à nez avec une journaliste attirée là par l’odeur du malheur. Elle essaie de s’en débarrasser très vite, répond à quelques questions, hésite une seconde à la balancer par-dessus la rambarde de l’escalier et finit par craquer et s’enfuir en larmes sur sa moto.
Quatre lettres, quatre arrêts avant la fuite en avant. Elle donne la première à Ron devant le club des BBC, la seconde à Mango devant le garage des Crows, elle glisse la troisième sous la porte de l’appartement de Kaz et jette la dernière dans une boite aux lettres.

Yslae s’arrête un instant sur le pont en quittant la ville. Elle regarde le quartier où elle a vécu ces derniers mois, puis se retourne vers le détroit murmurant à mi-voix :
"Tu m’avais promis de m’emmener faire les plus grands runs… Alors j’y vais. Mais tu es avec moi je t’emporte dans mon cœur. Et je suis avec toi, plus vraiment vivante non plus. Je t’aime."

Sur son dos deux plumes rouges entrecroisées au dessus de quelques mots : "Jarkko’s Property"
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Puck Anfauglir le Ven 5 Avr - 16:35

T'aurais pu faire un dessin à Puck puisqu'il sait pas lire! Crying or Very sad
avatar
Puck Anfauglir

Messages : 49
Date d'inscription : 28/10/2012
Age : 34
Localisation : Dans le Van ou au bar

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Yslae Sanders le Sam 6 Avr - 17:52

Je crois qu'elle n'y a pas pensé Puck...
avatar
Yslae Sanders

Messages : 616
Date d'inscription : 14/10/2012
Age : 25
Localisation : Philadelphie puis Détroit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Vick Time le Dim 7 Avr - 21:27

bravo t'as réussi à me foutre la larme à l'œil counasse XD
avatar
Vick Time

Messages : 78
Date d'inscription : 10/10/2012
Localisation : Dans un autre monde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: BG Yslae Sanders

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum