Aleesha Cox

Aller en bas

Aleesha Cox

Message  Cyhy Bury le Mer 8 Mai - 12:54

Aleesha Cox
Née à Détroit le 21 mars 1989 (24 ans)

Un sens inné pour la botanique et l'entretien de certaines plantes... qui lui vaut le surnom de "La main verte" par son ex et les clients.

Physiquement, on est toujours en train de lui dire qu'elle ressemble a qqun, ce qui a le don de l'agacer. Quand c'est pas avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ce qui, soit dit en passant, ne lui déplait pas forcemment, les gens la comparent souvent à une amie, une cousine, une connaissance... allez savoir pourquoi.
Les habitants du quartier qui on connut Cyhy, ne louperons surement pas la ressemblance avec cette dernière!

............................


Quand Aleesha rentrait des courses cet après midi là et qu'elle surprenait pour la énième fois son mec Garvin avec une tasse-pé dans leur lit, elle décide enfin que s'en est trop et de se barrer.
Au passage elle prend les quelques dollars qui restent dans la boite à gateau de la cuisine, pour s'appercevoir qu'en plus, ce batard a tout liquider.
Elle fait un saut à la cave dire aurevoir à ces "bébés", d'odorantes plantes chargées en thc qu'elle a choyé et entretenu pour pouvoir subvenir à leur besoin, parce que oui, Garvin en plus d'être un queutard dépensier, c'est aussi un gros branleur.
Si Aleesha en était arrivé là, c'est qu'à la mort de sa grand mère, chez qui elle vivait, elle s'était retrouvé sans toit, son père en taule et sa mère en cure de désintox, et que Garvin avait proposé qu'elle s'installe avec lui dans son mobile-home. Garvin était déjà un fumeur invétéré, pour ne pas dire invertébré, et quand il s'était rendu compte que sa nana Aleesha avait la main verte, il avait flairé le filon et l'argent facile.
Au départ ils avaient commencé tranquile, et l'argent qui rentrait avait servit à ré-investir dans du matos. Au bout de quelques mois de buisness florissant, ils avaient déménagé dans une maison de North End, avec une grande cave, ou Aleesha avait pu travailler comme une vrai pro.

Sans réellement monter un gros buisness, le couple avait une petite réputation, pour avoir du bon matos, et leur clientèle, au départ des amis, s'était élargie aux amis-d-amis assez vite. La tune rentrait suffisamment pour qu'ils vivent tranquille, même si Garvin était une main percée, distribuant son fric dans les club à strip-teaseuses, ou en alcool. Aleesha avait fermé les yeux, parce qu'elle se sentait un peu coincée...
Mais cet après midi là, elle ne se posait plus la question. On lui avait suffisamment dit qu'elle était "putain de douée" avec les plantes pour penser qu'elle pourrait tenter sa chance ailleurs, voir se faire "embaucher". Elle avait donc envoyé Garvin se faire foutre, lui et ses plans culs.

Le BBC avait une réputation suffisamment connue dans le milieu pour qu'elle n'en ai pas entendue parler... C'est comme ça qu'elle se pointe un soir dans le quartier de D3, à trainer ses derniers dollars en poches à la recherche du "Boss". Elle finira par tomber sur le General et depuis le colle comme une arapède : non seulement il pourrait bien la faire embaucher, mais en plus il à un toit, ce qui lui éviterait de continuer à dormir sur son scooter et sous les porches d'immeubles... et c'est avec ce refrain en tête que lui a chanter un soir celui qu'elle appelle le "Boss", Jamal, qu'elle tentera de se faire une place dans le Crew :
"Misère,
Le dédale des rues du vieux quartier
Là étaient nos terrains de jeux
On y a laissé nos plus beaux fous rires
Puis, sont venues les obligations
Les contraintes à travers le miroir du quotidien
Je n’ai pas oublié quand je retournais le fond de mes poches
D’où je viens, ce que je suis devenu
Quand à mon avenir, qui sait,
Pour l’instant je continue à te fuir."
avatar
Cyhy Bury

Messages : 959
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 36
Localisation : Boston-Détroit-NY-Capetown

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aleesha Cox

Message  blackkingdom radikal le Ven 10 Mai - 13:38

hate de la rencontrer !
avatar
blackkingdom radikal

Messages : 2767
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aleesha Cox

Message  Cyhy Bury le Sam 1 Juin - 14:17

Finis la galère, finis les nuit passée dehors et la faim au ventre. Jamal avait hébergé, nourit et trouvé un taff à Aleesha. Et malgrès le fantôme de sa femme disparue pour lui, et celui encore bien vivace de Garvin pour elle, les deux colocataires tissaient des liens... doucement, mais surement.
Parfois, après une soirée ou il étaient bien stone tout les deux, après quelques spliffs, elle se surprenait à gratouiller la feuille blanche, et ce soir là, elle venait de voir le clip de Jamal avec Beyoncé, et très inspirée, elle pond un truc, sur la représentation qu'elle a du nouveau milieu dans lequel elle évolue, un truc du genre :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"Fils du Hip Hop, il a grandi sous Reagan
Il sautait sur des matelas éventrés dans des terrains vagues
Lui, c’est le rap, un gamin de la rue
La musique sur la peau et le style d’une verrue
Il est né sous Jim Corbeau surmontant les épreuves
Depuis que Betty Shabazz et Coretta Scott sont devenues veuves
Plus d’Etat, plus de social, le DJ scratch dans l’abîme
Quand son frère Graffiti bariole l’épiderme des villes
Langston Hughes est mort, Harlem Renaissance zéro
Ça break et ça beat box autour d’un baril brasero
Des B-Boys aux Block parties, apprendre à faire sans rien
Le rap a inventé une musique sans musicien
Sans solfège, naît dans le ghetto le petit frère mal aimé
Les leaders ne parlent plus, ils se mettent à rimer
« Put your hands up in the air! » personne ne sera blessé
Un Bic, un beat, la verve du verbe sur MPC
Puis ça fume des blunts, des zedou sur des SP12
Et ça pille les breaks de James Brown, d’Otis Redding
De Funkadelic, de George Clinton, d’Ohio Players
Le son sale, crasseux, poussiéreux provient de ses samplers
C’est les pleurs de la rue sur des crissements de disques
Break it down scratch! Emmerde la progression harmonique
De la bouche des égouts est sorti un mouvement
Qui s’invite dans les cocktails du bourgeois condescendant
Des Hood à Hollywood, du béton au bifton
L’industrie musicale resserre sa proie comme un python
Première tension, puis première contradiction
Choisir entre Révolution ou Social Ascension
Mais le rap a plus d’une rime sous le bomber
Schizophrène sur MTV ça fight the power
Les postillons recouvrent le monde, la mode devient mouvement
Une lame de fond au verbe acide acerbe et véhément
L’instinct de guerre, de cracher, de vivre libre
Insoumis en dehors des schémas et des normes établis
Y’a des morts, des oxymores, des coups de balles verbales
Des ruptures grammaticales sur des caisses claires et cymbales
Ca s’emballe, sans label ça devient plus hardcore
Le réel est sans appel dans le couloir de la mort
Quand le chômage augmente les rappeurs deviennent précis
Quand les médias nous mentent les MC’s font les récits
Chaque block, chaque quartier, chaque secteur possède ses rappeurs
Le système est un arbre et le rap est sécateur


Puis la langue affutée s’est mise à baisser le futal
On lui a joué de la flûte, elle a kiffé le récital
Elle s’est mise des dents en or, des chaînes d’esclaves autour du cou
C’est normal que quand tu crèches dehors tu veuilles sortir du trou
La tête dans un keffieh, du cauchemar au rêve américain
Le rap boit du Moët dans une Bentley en chantant des refrains
En chantant des couplets de 8 mesures sur des sujets lissés
Ça fait dans la friperie, le téléphone, les produits dérivés
Les gens de la classe moyenne ignorant le ghetto
Ont fait le succès du peu-ra, ils veulent les gestes et puis l’argot
Ils veulent s’encanailler: la drogue, les flingues, les biatchs sur la table
S’en foutent de la culture et du message d’Afrika Bambaataa
Le rap a fait ses classes loin du Hip Hop
Renonce à l’éthique de Chuck D, veut la vie de Donald Trump
Le vilain petit canard s’est transformé en cocotte aux œufs d’or
Le bon vin, les dollars ont remplacé le bruit et les odeurs
Mais loin des cotations de ce système l’esprit reste vivace
Tant qu’y’a la merde dans le quartier, y’aura des 16 en dédicace
Donc ferme ta porte et tes fenêtres pour que le Rap ne rentre pas
Il fera une Block Party dans ton jardin pour que tu ne dormes pas !

Ferme ta porte et tes fenêtres pour que le Rap ne rentre pas
Il fera une Block Party dans ton jardin pour que tu ne dormes pas !

Ferme ta porte et tes fenêtres pour que le Rap ne rentre pas
Il fera une Block Party dans ton jardin pour que tu ne dormes pas !"
avatar
Cyhy Bury

Messages : 959
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 36
Localisation : Boston-Détroit-NY-Capetown

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aleesha Cox

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum