Carry Sullivan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carry Sullivan

Message  Tsumy le Mar 11 Juin - 12:06

Eh beh oui, un autre perso...la petite jap devant s’éclipser suite a certains RP, ne pouvant passer outre son caractère pour rester raccord avec le personnage...en voila une autre, toute fraiche!



Il avait les caresses douces, ses doigts calleux sachant se glisser et se fondre sur la peau de la jeune fille...C'était le bal de promo, la fin de l'année, et cela faisait 2 ans qu'ils étaient ensemble. Une éternité pour ses deux jeunes adolescents qui allait passer à l'acte à l'arrière du van du groupe!

Ils venaient de couronner leur amour quand le batteur s'exclama: " Merde, la capote a craquée! Putiiiiin qu'est-ce qu'on va faire Lo? ". La jeune femme dans l'innocence de ses 17 printemps et demi, passa outre et attira une nouvelle fois son aimé entre ses bras, ou plutôt entre ses cuisses!

3 mois plus tard, elle dégueulait tout son saoul dans les chiottes de ses parents, et était forcé d'admettre qu'ils avaient tous deux fait une connerie. Après un sacré savon familial, elle prévint le batteur aux mains douces, qui la demanda en mariage avant que le bébé n'arrive. Leurs parents coupèrent les ponts avec les deux jeunes gens, aucune des deux familles n'aida le jeune couple qui dû renoncer aux études supérieure. Lo trouva un job à mi-temps à la suite de la naissance du bébé dans la crèche où elle le déposait, et J. lui se fit embaucher dans une petite maison de disque locale, rien de reluisant il faisait les photocopies mais c'était un début!

Jusqu'à ce concert de Pearl Jam en 1993. J. avait loué une super bagnole pour l'occasion, et laisser la petite chez un ami, il emmena Lo à San Francisco, direction le Slams Café. L'insouciance de leur jeunesse passée dans un petit village paumé de l'Idaho leur fit oublier la violence des grandes villes et c'est alors qu'il refermait la porte de la voiture avec un " Madaaaaame" qu'il se fit matraqué par derrière et tomba à la renverse sur le trottoir. S'en suivit un échange violent avec Lo, un tabassage en règle sous les yeux de J. qui matraqué au mauvais endroit se retrouvait entièrement paralysé au sol. Lo arracha la cagoule de l'agresseur qui maugréa: "Putin, merde elle m'a vu la sale pute! ". Il sorti un flingue et sans pitié mit une balle à Lo, et à J. Le délinquant vira le corps agonisant de Lo de la bagnole et laissa les deux jeunes sur le trottoir dans la rue sombre pour se barrer avec la caisse que les flics ne retrouvèrent jamais.

Dans les faits divers de San Francisco cette année-là, on put lire qu'un couple avait sauvagement était abattu, les jeunes gens ayant été retrouvé main dans la main dans des positions peu commune et une mare de sang. L'histoire dit même que le visage de l'homme était emplit de larmes. Carry devint donc orpheline, et fut remise par les amis aux autorités locales de leur petite ville de l'Idaho. Les grands-parents ayant refusé de se charger de la gosse, elle fut confiée aux services sociaux, et finit par être placée en foyer à Blackfoot.

Etrangement malgré sa petite bouille, personne ne voulut adopter Carry. Les fillettes habituellement ne faisaient que défiler dans cet orphelinat, ne restant jamais plus de quelques mois, sauf Carry. Elle passa 14 longues années à trainer avec les garçons, prenant peu à peu des airs de garçon manqué, se bagarrant à l'école, ayant un langage peu châtié et souvent amochée d'un cocard ou deux...personne n'était plus en désir d'adopter cette jeune fille perturbée qui était loin d'avoir la langue dans sa poche. Elle fugua à 16 ans de l'orphelinat, comptant sur ses qualités de danseuse, et de boxeuse pour se faire du blé. Elle rêvait de New York et prit le premier bus en partance...qui s'arrêta quelques miles plus loin pour des vérifications de papiers, la police étant prévenu de la fugue. Carry s'échappa, et fit du stop jusqu'à New York, dans un périple qui dura plusieurs semaines.

La grosse pomme ne lui offrit pas autant de gloire qu'elle l'aurait imaginée, elle se retrouva à errer dans les quartiers mal famés, et d'un naturel débrouillard, elle se fit embaucher dans un bar. Elle découvrit les joies du service, cassant plus de verre que n'importe qui et se faisait payer au lance pierre, dormant sur un carton dans une ruelle.

Carry étant la joie de vivre incarnée, elle se fit des potes sans les compter - et autant d'ennemis il parait- et arriva même à dérider les plus réticents. Elle devint rapidement une charnière du quartier où elle avait élu domicile, tout le monde la connaissait et elle semblait connaitre tout le monde. Elle bossait dans un bar, puis dansait dans un club de strip tease où elle eut pas mal de déboire avec les clients. Elle trempa dans un tas d'affaires louches, eu une fausse identité jusqu'à ses 18 ans, et c'est à cause de combats clandestins qu'elle finit par mettre les voiles de New York.

Boxeuse depuis l'âge de 7 ans -voire même un peu avant avec la quinzaine de garçons qu'elle côtoyait à l'orphelinat qu'elle aime appeler ses frères - elle est à l'aise sur un ring autant qu'un poisson dans l'eau. Le combat se déroula dans la boue, elle finit par mettre K.O une boxeuse d'un quartier rival, et celle-ci décéda des suites d'une mauvaise chute que Carry s'attribua. Elle reçut un bon gros paquet de fric, pour se la fermer sur les combats et aussi pour qu'elle foute le camp de New York et n'y remette jamais les pieds. Elle s'acheta une moto, un sac, quelques fringues et parti à la conquête des states.

Elle écuma la côte Est, le pactole diminuant au fil des hôtels, seul luxe qu'elle se permettait. Elle finit par donner un coup de main les soirs de rush dans un ou deux rades croisé sur sa route, le patron la payant pour la soirée avant qu'elle reparte le lendemain. Elle aimait sa vie nomade et finit par prendre la direction de la mythique route 66 et se diriger vers l'ouest.

C'est à l'aube du jour de ses 20 ans qu'elle pénétra dans Las Vegas. Le pactole était plus que maigre, il lui restait 10$ en poche et nulle part où dormir. Elle finit par y aller au culot, comme c'était souvent le cas avec elle, et ornée d'une robe ultra courte malgré ses airs de garçon manqué, elle suivit une baleine d'un casino sans le savoir. Celui-ci lui donnait ses jetons à porter, la prenant pour une hôtesse de l'établissement et lui demandait tout ce qu'un gros poisson peut demander à un établissement. Dégourdie, elle combla l'homme riche et voulant faire une sortie discrète en échangeant le jeton de cinq mille dollars qu'il lui a filé en pourboire, elle se fit arrêté par la sécurité de l'établissement qui l'accompagna gentiment jusqu'au bureau. Le gérant n'en croyant pas ses yeux, après moultes discussions où Carry menti comme une arracheuse de dent, l'embaucha et elle passa quelques mois au casino à divers postes.

Mais Carry est une nomade, et l'appel de la route se faisait sentir. C'est avec un beau pactole en banque qu'elle mit les voiles, et finit par arriver à L.A. Elle finit par se faire poser des implants mammaires, succombant aux appels de la féminité...ce qui fit un trou conséquent à ses économies. C'est à L.A qu'elle rencontra l'homme de sa vie. Simon: 15cm, vert, les yeux en bloc opposable et une langue protractile ultra longue. Non, il est loin d'être un alien! Elle le trouva dans les poubelles, derrière une animalerie alors qu'elle sortait d'affaires peu recommandable. Le caméléon lui sauta presque dessus, montant sur ses bottes de cuir, elle le prit par la queue et le fichu sur son épaule. Depuis, ils ne se sont plus séparés.

C'est ainsi qu'accompagné de son nouveau pote, elle reparti en quêtes des miles, et finit au fil des routes et des panneaux par arriver à Détroit. Encore une fois, le compte en banque à la ramasse, elle s'arrêta dans un café et vit dans le journal local qu'un casino venait d'ouvrir ses portes et qu'il recherchait du personnel pour le bar du night-club. Elle décida de se fixer la pour quelque temps, histoire de renflouer le compte, les casinos de Vegas l'ayant rendu riche, elle se dit qu'il en allait être de même ici. Elle posa sa moto devant l'établissement, arrêtant le moteur vrombissant et fit son entrée dans le D3...
avatar
Tsumy

Messages : 44
Date d'inscription : 04/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carry Sullivan

Message  Tsumy le Ven 19 Juil - 7:54

Depuis qu'elle avait appris que le casino était dirigé par une mafia russe, Carry se demandait ce qu'elle foutait vraiment dans le D3. Certes les pourboires au casino étaient plus que correct, ça lui permettait à Simon et à elle de loger dans une des toute petites suites de l'hôtel du quartier...mais finalement à quel prix.

Elle s'était prise la tête plus d'une fois avec ce qu'elle considérait comme un pote, bon ok, un ami si elle y réfléchissait bien...un peu plus qu'un ami peut être, c'est vrai qu'elle l'aurait bien foutu dans son plumard, au moins juste pour voir s'il était aussi frigide que dans son comportement habituel. Il lui avait dit d'ouvrir son cœur en gros, et d'étaler ses sentiments, ce qu'elle avait tenté de faire sans grande dextérité...inévitablement cela a abouti à un désastre.

Puis avant ça, il y avait eu Aleesha. Celle-là, Carry serait pas étonnée d'apprendre qu'un jour elle se taperait Sharpe, vu comment ils se regardent tous les deux, a toujours surveiller le cul de l'autre. L'amitié entre genre différents, elle y croyait très peu, SAUF quand on était élevé quasi ensemble. Aleesha et Jamal, qui l'avaient traité de pute parce qu'elle vivait libéralement...parce qu'ils pensaient tout deux que la religion catho était la meilleure, qu'il fallait respecter la bible, les codes donné par un dieu que personne n’a jamais vu et qui prive une gosse de 2 ans de ses parents: elle. Carry n'y croyait absolument pas, à toutes ses histoires de dieu, et encore moins quand elle voyait ce qu'en faisaient les deux gais lurons. Lui donner des leçons sur le fait qu'elle était pas prête pour l'amour, qu'elle était bloquée, qu'elle fuyait ses sentiments, les gens à qui elle s'attachait...Eux qui respectaient pas du tout leur bible.

Jamal marié avec un enfant, veuf il parait, personne sait trop si sa meuf c'est cassé ou est morte. Mais pour son bien mental, ils l'ont enterré dans un cercueil vide, ca déjà si Carry se souvenait bien des préceptes étudiés plus jeune c'était un pécher. Enfin elle se souvenait pas très bien...Mais ne pas respecter un an de deuil avant de se foutre avec une autre personne ça oui. Puis Aleesha, elle était loin d'être vierge et à l'humble avis de la pétulante brune, elle avait pas attendu que Jamal la demande en mariage pour coucher dans le même lit, et pas y faire que dormir. Alors se prendre dans la gueule des réflexions sur la religion par ses deux mecs pas raccord du tout...ça l'avait plus qu'emmerdé. Surtout quand elle avait voulu s'excuser, bon...Elle avait pris sur elle, elle aime pas faire le mal, puis Sharpe tient pas mal a Aleesha, elle voulait pas se brouiller avec pour une nana qu'elle connaissait pas tant que ça. Mais l'autre l'avait renvoyé bouler en lui disant qu'elle en avait rien à foutre. Pour une fois que Carry voulait faire les choses a la manière des autres...

Faut dire que le discours de Sharpe avait été percutant, lui si droit et impassible contre son armoire qui lui expliquait qu'il fallait se décoincer et faire confiance aux autres, ou tout du moins leur montrer quand on les aime bien et plus se cacher sous une carapace. Elle aurait pas dû la quitter sa carapace tiens, au moins elle serait pas là, dans son plumard à ressasser tout ça. Elle avait pas pu dormir en rentrant ce matin du taff, et au réveil il était déjà 14 heures. D'habitude, elle sortait pour aller faire son footing, rejoindre la salle de sport et taper dans un sac de sable. Mais ça aussi ça faisait quelques temps qu'elle avait abandonnés...voulant pas refoutre les pieds chez les BBC.

Des gangs, des mafias, des regroupement de gens, elle en avait croisé au fil de son errance, mais jamais s'y était vraiment arrêtée depuis New York. Elle avait pas besoin de se sentir appartenir à un tout, et elle s'estimait pas assez paumée pour rejoindre un truc dans ce genre avec des codes et des règlements que si tu les enfreins on te coupe un doigt ou pire. Et S. qui lui avait dit qu'il aimait ça...Elle aurait dû capter que c'était un putain de taré quand il lui avait expliqué tout ça. Ça n'empêchait pas que c'était un bon pote...

Elle aimait passer du temps avec lui, le voir avec son air coincé lui foutre une claque sur le derrière ou encore l'emmener dans un sex shop juste pour le faire chier. Il était diffèrent de tous les autres...peut-être parce qu'il était taré tout simplement. Elle finit par tirer une clope de son paquet et l'allumer, Simon logé entre ses seins, toujours couchée sur le lit en pleine réflexion. Fallait qu'elle trouve une solution à tout ça. Partir, ouais mais pour où?

Elle avait pas encore amassé assez de pognon pour repartir sur la route. Il faut dire qu'elle avait dû en dépenser pas mal à cause de son frère...Ce crétin aussi, se laisser manipuler par un gang local qui vendait de la coke. Ils lui ont tué sa femme parce qu'il avait pas vendu assez en une semaine...et le voilà derrière les barreaux, dans le couloir de la mort, accusé du meurtre de sa femme. Et ce putain de proc' qui voulait en faire un exemple contre la violence qui sévit dans les cité de l'Idaho. A cause de ça, elle allait en perdre encore un...C'était loin d'être le premier à se faire buter, mais quand même...a force elle se retrouverai seule, avec Simon.

Elle gratouille la tête du petit caméléon, lui aussi il partirai un jour...Ça vivait pas éternellement ses choses-là. En attendant il était pas dans une poubelle! Ouais, c'était bien le seul à qui elle voulait être attachée, les humains c'était bien trop compliqué. Autant faire comme si ça lui importait peu...Sharpe se gourait, on pouvait pas avancer dans la vie en s'attachant aux gens, non c'était pas possible. L'homme est égoïste par nature...puis même, elle avait entendu des rumeurs de couloir en rentrant se coucher comme quoi il avait démissionné. C'est qu'il en avait finalement rien à foutre de s'attacher aux gens. Ah si! Sa très chère Aleesha... cette brise burnes. Sérieux, elle serait pas étonnée de recevoir un faire-part de mariage un jour.

Elle finit par se relever, et par sortir sa combinaison de moto. Il faisait un peu chaud mais tant pis, il fallait qu'elle aille faire un tour ailleurs qu'à Détroit. Toledo c'était sa destination, elle tirerai peut être même jusqu'à Cleveland qui sait. Puis une fis renflouée, peut-être qu'elle redescendrait la cote, le climat pourrit du nord-est de l’Amérique l'enchantait pas tant que ça. Elle redescendrait en Floride...Elle zippait sa combinaison avec un sourire, la Floride, un fauteuil moelleux, une télé et un gros paquet de chips...non, il fallait plus qu'elle pense à ça, t'façon c'était finit. Ouais fini, elle avait rien à fiche ici, au pire elle repasserait les week-ends, ou les jours de repos. Ouais, c'était mieux comme ça, elle se détacherait plus doucement....ça ferait surement un peu plus mal que de tirer d'un coup sec comme avec un pansement, mais tant pis, elle prenait le risque de se faire un peu mal...elle devait être un peu sado ou maso, elle savait plus très bien la différence.

Le vrombissement du moteur de sa grosse cylindrée se fit entendre, elle posa son casque sur sa tête, et parti en dehors du D3, et de Détroit, direction Toledo.
avatar
Tsumy

Messages : 44
Date d'inscription : 04/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum